Limitation du télétravail : "Je serais très déçu si on nous impose un retour sur site à 100%"

, modifié à
  • A
  • A
Certains salariés appréhendent le retour en entreprise après de longs mois de télétravail. 1:37
Certains salariés appréhendent le retour en entreprise après de longs mois de télétravail. © Pixabay
Partagez sur :
Alors que les règles en matière de télétravail doivent être assouplies à partir de jeudi, Matthias, un informaticien lillois, confie à Europe 1 ne pas vouloir retourner dans son entreprise. Il explique apprécier le calme et la souplesse du travail à domicile.
TÉMOIGNAGE

À la veille de l’assouplissement des règles sur le télétravail, de nombreux salariés rechignent à retourner sur leur lieu de travail. Alors que la troisième étape du déconfinement sera franchie mercredi, la ministre du Travail Elisabeth Borne recommande deux jours en présentiel et trois jours de télétravail par semaine. Les entreprises préparent donc le retour des salariés en entreprise mais, comme a pu le constater Europe 1, certains n'envisagent pas de revenir au bureau. 

"Je serais très déçu si on nous impose de retourner à 100% sur le site. Clairement, si c'était le cas, je pense que j'envisagerais de chercher du travail ailleurs", avoue Matthias, 36 ans, informaticien lillois en télétravail depuis plus d'un an maintenant. "Si c'est pour être assis au bureau, avec un masque, et faire le même boulot qu'à la maison, je n'en vois pas l'intérêt", s'agace-t-il.

Moins de stress et plus de temps pour soi

Il a l'habitude de travailler chez lui désormais, seul, sans être dérangé. Pas comme au bureau. "Entre 7h30 et 9h30, on est coupé toutes les 5 minutes parce qu'il y a quelqu'un qui dit bonjour. Ce n'est pas quelque-chose que j'apprécie spécialement", avoue-t-il. Et même s'il n'a rien contre ses collègues - avec qui il échange à distance -, Matthias préfère la tranquillité. Il se décrit comme assez solitaire.

"Ne pas avoir de route à faire fait gagner énormément de temps parce que, comme tout le monde le sait, la métropole lilloise, le matin, c'est complètement bouché", ajoute-t-il. Une heure de trajet en moins et des horaires un peu modulables lui permettent aussi de s'occuper de la maison et de passer du temps avec son fils. Bref, Matthias comprend ceux qui désirent retourner en présentiel, mais il espère surtout que son choix de poursuivre le télétravail sera respecté par son employeur.

Europe 1
Par Maximilien Carlier, édité par Romain David