Le Financial Times salue l'excellence des écoles de commerce françaises

  • A
  • A
La Kedge Business School à Bordeaux.
La Kedge Business School à Bordeaux. © AFP
Partagez sur :
Les écoles de commerce françaises sont les meilleures d'Europe, selon le quotidien britannique. Dans son classement de 95 établissements européens, la France est très bien représentée et HEC Paris occupe même la première place.

Pour le Financial Times, les meilleures écoles de commerce sont... en France. Un classement qui fait chaud au cœur et qu'on ne peut pas accuser d’être partial puisqu'il émane de la bible du monde des affaires en Grande-Bretagne. Selon le quotidien britannique, la meilleure école de commerce en Europe n'est donc plus la London Business School de Londres, mais HEC à Paris.

La France domine le classement

Dans ce classement du Financial Times, les écoles françaises cartonnent. Dans le top 20, on en compte six, contre à peine une allemande. On trouve l'Essec de Cergy-Pointoise, l'Escp à Paris, l'Edhec à Lille ou encore l'Ecole de Management de Lyon. Et si on descend dans les 50 meilleures, c'est un festival d'écoles de commerce françaises. On trouve : Grenoble, Marseille, Bordeaux, Nantes, Nice, Reims ou Rouen.

Alors comment expliquer cette place de choix des établissements français ? Le Financial Times note que cela va à l'encontre de tout ce qu'on dit sur le malaise de l'enseignement en France et l'image d'un pays qui serait rétif au capitalisme. L'explication est toute simple. En France, les écoles de commerce ne sont pas aux mains de l'Education Nationale, mais des chambres de Commerce. Donc, des entreprises. Nos écoles de commerce sont totalement tournées vers le monde du travail, l'international, avec des cursus, des stages à l'étranger, des cours en anglais. À la sortie, vous êtes immédiatement employables, partout.

Des écoles de commerce à l'apprentissage

Une recette qui a inspiré le gouvernement pour sa grande réforme de l'apprentissage. En effet, on a confié les centres d'apprentissage aux entreprises et non plus aux régions. Et cela change tout. L'apprentissage n'est plus une voie de garage pour étudiant en échec scolaire mais la voie royale pour décrocher un CDI bien payé, dans une entreprise qui marche. Résultat : carton plein. La France compte aujourd'hui 458.000 apprentis, un record absolu et un chiffre en hausse de 64% par rapport à 2015.

Europe 1
Par Axel de Tarlé