L'Alsace découvre du lithium, un métal ultra-stratégique, dans son sous-sol

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L’Alsace, prochain eldorado du lithium? Au pied des Vosges, en sous-sol, des chercheurs ont découvert des ressources qui permettrait de faire de la France un pays autonome en lithium. Ce métal qu’on retrouve dans les batteries de nos ordinateurs, de nos smartphones, des voitures électriques, est hautement stratégique.
REPORTAGE

Dans vos ordinateurs ou vos smartphones, presque toutes les batteries du monde sont fabriquées avec du lithium. Ce métal hautement stratégique pour les pays vient traditionnellement de mines géantes en Australie ou en Amérique du Sud. En Alsace, où la géothermie est très développée – on y puise de l’eau chaude à 3.000 mètres sous terre pour produire de l’électricité -, on s’est rendu compte que l’eau contenait 200 mg de lithium par litre. Une découverte stratégique alors que l'Europe se prépare à bâtir un "Airbus des batteries".

Le métal est filtré comme le café puis porté jusque dans des raffineries pour être affiné aux qualités nécessaires à la production de batteries. Les tests menés en laboratoire sont très encourageants. "L’eau chaude géothermique d’Alsace est très riche en lithium", assure Jean-Jacques Graff, président de l'Association française des professionnels de la géothermie. 

"Avec dix centrales comme celles qui sont en exploitation en Asie du Nord, on couvrirait des besoins français en lithium", poursuit-il. Avant peut-être l’industrialisation, une petite usine de production pourrait vite voir le jour au Nord de Strasbourg. 

"Je n’y crois pas totalement"

"C’est une bonne nouvelle mais je n’y crois pas totalement", nuance Philippe Chalmin, économiste spécialiste des matières premières et professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine. "La question qui se pose, c’est : est-ce que dans 20 ans, le lithium Ion ne sera pas remplacé dans les batteries ? Est-ce qu’on ne sera pas passé à l’hydrogène ?"

L’universitaire estime que le lithium pourrait également poser des problèmes de rentabilité : "Ce n’est pas un métal rare", souligne-t-il. "Il y a eu d’énormes investissements et les prix se sont fortement abaissés."

Europe 1
Par Arthur Helmbacher