INFORMATION EUROPE 1 - Avec la grève, les applications de transport cartonnent

, modifié à
  • A
  • A
C’est en région parisienne que certaines applications, comme Mappy, ont enregistré leur plus fort taux de croissance ces derniers jours. (Image d'illustration) 1:29
C’est en région parisienne que certaines applications, comme Mappy, ont enregistré leur plus fort taux de croissance ces derniers jours. (Image d'illustration) © Pixabay
Partagez sur :
Les applications permettant de trouver un chemin rapide, pour se rendre au travail notamment, n'ont jamais été autant sollicitées qu'en cette période de grève dans les transports en commun. Les sites de covoiturage enregistrent également une hausse très importante de leur fréquentation.
INFO EUROPE 1

Google Maps, Citymapper, Mappy ou encore Oui.SNCF... Les applications pour optimiser son trajet ne manquent pas, et selon les informations d'Europe 1, elles ont rarement été autant sollicitées que ces derniers jours, par des usagers des transports en commun que la grève a laissé sur le carreau. Les Franciliens notamment, particulièrement impactés par le mouvement, déambulent le nez dans leur smartphone à la recherche du chemin le plus rapide ou d’un moyen de transport alternatif pour se rendre au travail. Résultat : le nombre de connections sur les plateformes et applications dédiées à la mobilité explosent depuis quelques jours.

Rien que sur Oui.SNCF, le site de la compagnie ferroviaire, a enregistré en cinq jours quatre fois plus de demandes qu'en temps normal, avec quatre millions d'itinéraires recherchés par jour depuis jeudi. Le nombre de conseillers a été augmenté de 30%. Même chose à la RATP. "Notre site internet a vu son trafic depuis le début de la grève multiplié par 5,5. Du coté de notre application, les téléchargements ont augmenté de 50%", explique à Europe 1 Hiba Fares, la directrice marketing de la RATP.

>> Retrouvez la matinale du jour de Matthieu Belliard en replay et en podcast ici

Autre application sous tension : le comparateur d'itinéraires Mappy. "Quand on fait un focus sur la région parisienne, on atteint une croissance de plus de 50%", glisse sa directrice générale Florence Leveel.

Enfin, ultime effet de la grève : le boom des plateformes de co-voiturage. Blablalines, la version de BlaBlaCar consacrée au trajet domicile-travail, enregistre dix fois plus d'inscriptions depuis le début de la grève, et son concurrent Klaxit 14 fois plus de réservations qu'en temps normal.

Europe 1
Par Maud Descamps, édité par Romain David