INFORMATION EUROPE 1 - Le projet des taxis volants avance en Ile-de-France

, modifié à
  • A
  • A
Les expérimentations débuteront en juillet. 1:26
Les expérimentations débuteront en juillet. © ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :
Les taxis volants - des drones hélicoptères destinés au transport des particuliers -, n'ont jamais été aussi proches : les lauréats de l'appel à manifestation en Île-de-France ont été annoncés. Parmi eux, des startups mais aussi des mastodontes de l'industrie aéronautique qui doivent préparer ce service pour 2024.
INFO EUROPE 1

C'est l'un des joker de l'Île-de-France pour assurer la fluidité des transports lors des Jeux Olympiques de 2024 de Paris. Les taxis volants - des drones hélicoptères prêts à sillonner les routes aériennes - sont de plus en plus proches : les lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt sont en effet annoncés. Europe 1 vous révèle en exclusivité les acteurs économiques qui travailleront sur ce projet, initié par le groupe ADP, le groupe RATP et Choose Paris Region.

Airbus et Safran pour construire les véhicules

Les entreprises sollicitées doivent répondre à tous les besoins logistiques des taxis volants, qu'il a été nécessaire de définir. Il faut, tout d'abord, des véhicules : Airbus et Safran seront à la manoeuvre pour créer ces appareils, main dans la main avec un constructeur chinois ou le développeur d'un système à hydrogène venu de Singapour. Dassault Falcon Services et Air France ont en outre été sélectionnés afin de piloter et de gérer la maintenance des appareils.

Autre chantier : les infrastructure d'accueil et de recharge de ces taxis. Une entreprise suisse a été retenue pour les réaliser. Lors des déplacements aériens des taxis, ce seront par ailleurs les systèmes anti-collision développés par Thalès qui seront sollicités.

L'acceptabilité, un enjeu clef

Enfin, il sera indispensable de juger l'acceptabilité de tels appareils pour les riverains : ces taxis peuvent-ils représenter une nuisance ? L'Ecole Polytechnique, le centre universitaire de recherche américain de Berkeley et Bruitparif, l'observatoire du bruit en Île-de-France, seront chargés de répondre à cette question.

Les expérimentations débuteront dès le mois de juillet à l'aérodrome de Cormeilles-en-Vexin, dans le Val-d'Oise. Celui-ci dispose déjà de pistes et de services d'aviation civile. Des "vertiports", c'est-à-dire des lieux d'embarquements d'où le taxi décolle à la verticale, seront implantés dans toute l'Île-de-France pour commencer le maillage du territoire pour ce réseau de taxis. L'objectif est, à terme, de proposer un service pérenne qui survive aux Jeux Olympiques.

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Océane Herrero