Entrée en bourse de la Française des jeux : faut-il, ou non, acheter des actions ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Il est désormais possible de réserver des actions de la Française des jeux, avant l’entrée en bourse du groupe le 21 novembre. Europe 1 a interrogé plusieurs traders sur l’intérêt de ce placement.
L'AVIS DE

Vous pouvez désormais réserver des actions de la Française des jeux (FDJ). Dans le cadre de la privatisation de la société de loterie, de jeux de grattage et de paris sportifs, la souscription a commencé jeudi. Elle doit durer jusqu’au 19 novembre pour les particuliers (jusqu’au 20 novembre pour les gros investisseurs), avant une entrée en bourse le 21 novembre. L’action coûtera entre 16,50 et 19,90 euros, a indiqué le ministre de l’Economie Bruno Le Maire dans les colonnes du Parisien. Mais cet investissement, présenté comme la clef d'une grande opération populaire par le gouvernement, est-il réellement intéressant ? Europe 1 a posé cette question a des traders.

"En tant que père de famille, c’est vraiment un bon placement." "C’est une entreprise qui est déjà lucrative. Les dividendes vont être très intéressantes. C’est un placement sûr", estime Luka, trader professionnel dans la salle de marché Kreshendo à la Défense. À l’inverse, son patron, Tarek Elmarhi, se montre plus réservé : "Personnellement, je n’irai pas. Un rendement entre 4 et 6% (estimation du rendement des titres FDJ, selon le montant de dividendes attendus par le groupe pour 2019, ndlr), c’est ce que l’on va faire facilement sur les marchés", explique-t-il. "Par contre, si je n’avais pas une activité de trading, en tant que père de famille qui veut investir sur du long terme, c’est vraiment un bon placement."

Surtout, l’effervescence autour de cette entrée en bourse pourrait réserver quelques déconvenues aux particuliers. "Il y a une euphorie générale sur cette action. Tout le monde en parle, même des personnes qui n’y connaissent rien et qui n’ont pas d’action en bourse", relève Stéphane, également trader. "Il faut juste savoir gérer le risque. Si l’action perd 20% les premiers jours, il ne faudra pas paniquer et juste se dire que c’est un investissement sur le long terme."

Le principal avantage de l’action FDJ est que, même en temps de crise, et surtout en temps de crise d’ailleurs, les Français continuent à jouer au loto ou aux jeux de grattage.

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Romain David