Avec Noël qui arrive, les magasins recrutent des saisonniers à tour de bras

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Noël approche, et les secteurs qui font une part importante de leur chiffre d'affaires au moment des fêtes de fin d'année sont déjà sur le pied de guerre. Les magasins de jouets, notamment, sont en pleine phase de recrutement de leurs vendeurs saisonniers.
REPORTAGE

Les fêtes approchent et, avec elles, la promesse de ventes en hausse pour les magasins de jouets. Pour gérer au mieux l'afflux de consommateurs, ceux-ci recrutent des saisonniers en nombre. C’est le cas par exemple de La Grande Récré, dont les effectifs vont gonfler d'un tiers pendant cette période cruciale qui démarre à la mi-novembre et qui court jusqu'au 1er de l'an.

Entendu sur europe1 :
On ne s'improvise pas vendeur, il faut connaître ses jouets

Avec sa veste rouge et bleue et son badge, rien ne distingue Hugo du reste de l'équipe. Pourtant, il n'est pas encore vendeur en titre. Jusque-là étudiant, il est depuis deux semaines en immersion dans ce magasin La Grande Récré du centre de Paris : "On ne s'improvise pas vendeur, il faut connaître ses jouets ! Je prends le pas lentement mais je m'en sors."

Entendu sur europe1 :
Le client ne doit pas faire la différence entre un vendeur en CDI et un saisonnier

Il y a eu un peu de théorie, avec des vidéos, et très vite, Hugo est passé à la pratique, sous le regard attentif de sa tutrice : "De temps en temps, je m'adresse aux clients avec des questions fermées qui incitent au 'non'. Et il vaut mieux éviter. C'est plus facile quand on est guidé par une tutrice qui nous explique ce qu'il faut dire, quand il faut le dire et comment il faut le dire !", reconnaît Hugo.

Cette année, 615 vendeurs saisonniers vont renforcer les effectifs de La Grande Récré dans toute la France. Quelques-uns sont des habitués et pour eux, les réflexes reviennent vite. La grande majorité est toutefois constituée de nouveaux venus qu'il faut former, dit Mourad Safir, directeur des ventes à Paris. "Les saisonniers doivent avoir la même qualité de service qu'un vendeur à La Grande Récré. C'est pour cela que l'on met beaucoup de moyens sur la formation des nouveaux collaborateurs. Le client ne doit pas faire la différence entre un vendeur en CDI et un saisonnier."

Chaque année, dit Mourad Safir, 15% des saisonniers de La Grande Récré embrayent sur un CDI.

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Maxime Dewilder