Air France : plan de départs en vue pour le personnel au sol

  • A
  • A
La compagnie aérienne a confirmé la convocation d'un CSEC le 13 mai.
La compagnie aérienne a confirmé la convocation d'un CSEC le 13 mai. © AFP
Partagez sur :
La compagnie va présenter le 13 mai un plan de départs volontaires parmi le personnel au sol de son réseau domestique, a indiqué une source syndicale. 

Air France va présenter le 13 mai un plan de départs volontaires portant sur "plus de 400" postes parmi le personnel au sol de son réseau domestique, a indiqué samedi une source syndicale, confirmant des informations de La Tribune.

Un comité social et économique central (CSEC, ex-comité central d'entreprise) est convoqué le 13 mai "pour une information sur un plan de départs volontaires pour le personnel au sol", a indiqué Christophe Malloggi, secrétaire général de FO Air France. "Plus de 400" postes sont visés, a-t-il précisé, et "particulièrement" les escales "en province". "Mais nous n'avons pas les détails (de réduction d'effectifs, ndlr) escale par escale", a ajouté Christophe Malloggi.

Air France ne confirme, ni n'infirme le chiffre de 400 postes visés

Interrogée par l'AFP, la compagnie aérienne a confirmé la convocation d'un CSEC le 13 mai pour "une information préalable à une consultation sur un projet de réduction des effectifs sol du court-courrier, basé exclusivement sur le volontariat". La direction "donnera la primeur des informations" aux représentants du personnel, a souligné la compagnie, qui n'a ni démenti ni confirmé le chiffre de plus de 400 postes visés.

La compagnie prévoit une baisse d'activité d'environ 15%

Sur ce marché domestique où la compagnie a enregistré un résultat négatif de 185 millions d'euros l'an dernier, Air France prévoit désormais une "baisse de l'offre", avec une activité réduite "d'à peu près 15%", a expliqué Christophe Malloggi. "Quand on commence à baisser les bras face aux (compagnies) low-cost, elles prennent de plus en plus d'activité", a commenté le représentant FO.

Des annonces sur une réorganisation de ce réseau étaient "déjà prévues" l'an dernier par l'ancien PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac, mais elles avaient été "mises en stand-by" en raison du mouvement de grève, puis du départ de Jean-Marc Janaillac, a-t-il poursuivi. Lors de la réunion du 13 mai, est aussi prévue une "information préalable à une consultation sur les orientations stratégiques d'Air France et sur les conséquences en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)", précise la direction. "Cette GPEC fait apparaître un besoin de recrutements important dans de nombreux métiers de l'entreprise sur l'année 2019", souligne Air France, qui évoque à ce sujet "plus de 1.000 CDI dans quasiment tous les métiers de l'entreprise", ainsi que l'alternance.