Air France : 100% des vols samedi, malgré la grève lancée par un syndicat

, modifié à
  • A
  • A
L'intersyndicale de pilotes, personnels navigants commerciaux (PNC) et personnels au sol avait annoncé qu'elle "suspendait" son préavis allant du 23 au 26 juin.
L'intersyndicale de pilotes, personnels navigants commerciaux (PNC) et personnels au sol avait annoncé qu'elle "suspendait" son préavis allant du 23 au 26 juin. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Seul le Syndicat des pilotes d'Air France (Spaf), deuxième syndicat de pilotes de la compagnie aérienne, a maintenu son préavis, a indiqué la direction vendredi.

Air France assurera 100% de ses vols samedi malgré l'appel à la grève du Spaf, deuxième syndicat de pilotes de la compagnie aérienne, et seul membre de l'intersyndicale à avoir maintenu son préavis, a indiqué la direction vendredi. Le mouvement n'aura "aucun impact" sur le programme de vols samedi, au premier jour d'une grève prévue jusqu'à mardi inclus, a indiqué la direction d'Air France, qui prévoit d'assurer "100%" de ses vols.

Plus de trois de conflits sur les salaires. Lundi, l'intersyndicale de pilotes, personnels navigants commerciaux (PNC) et personnels au sol, qui a mené plusieurs journées de grève pour les salaires depuis février, avait annoncé qu'elle "suspendait" son préavis allant du 23 au 26 juin, en attendant la nomination d'un nouveau PDG prévue mi-juillet. Seul le Spaf (Syndicat des pilotes d'Air France) a maintenu son appel à ces quatre journées de grève, en fustigeant l'attitude "totalement irresponsable du conseil d'administration et de la direction d'Air France", après "plus de trois mois de conflit" sur les salaires. "On n'était pas loin d'un accord pour résoudre le conflit social en cours et on nous annonce, dans une ultime provocation, qu'on va changer les imprimantes et mettre cinq chambres de plus pour les pilotes...", avait dit son président, Grégoire Aplincourt, dénonçant des annonces "méprisantes".

La direction a proposé 3% d'augmentation générale en 2018. Il faisait référence à la promesse de la direction, lors du comité central d'entreprise (CCE) du 14 juin, de prendre des "mesures" pour "améliorer le quotidien des salariés", mais sans faire d'annonce salariale. "La menace de grève a permis de susciter (...) des négociations 'OFF'" avec la direction ces dernières semaines, avait de son côté fait valoir l'intersyndicale, pour expliquer la "suspension" du mouvement. Elle estime qu'une "sortie de crise est accessible avec une direction à la hauteur". Selon diverses sources syndicales, la direction d'Air France a proposé lors de rencontres informelles 3% d'augmentation générale en 2018, puis 0,65% début 2019, contre 5,1% réclamés par l'intersyndicale.