Royal taclée sur la "cupidité" des banques

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le président du conseil d'administration de BNP Paribas, Michel Pébereau, a tourné mardi en dérision les propos de Ségolène Royal qui avait qualifié les banquiers français de "cupides" et promis que les banques "obéiraient" si elle était élue à la présidence de la République. "C'est une bonne idée", a brocardé Michel Pébereau sur RTL.

"Une banque française a bien obéi, c'est le plus grand sinistre de l'histoire bancaire française: ça s'appelait le Crédit Lyonnais, c'était entre 1993 et 1994. Voilà ce que c'est qu'une banque qui obéit", a-t-il ajouté, en référence à la faillite de la banque qui avait provoqué un scandale politico-financier retentissant.

"Les banques ne sont pas cupides lorsqu'elles prêtent aux Etats. Ce n'est pas parce que BNP Paribas prête à la République italienne et à la République française dans des conditions de marché (...) que nous sommes cupides. C'est simplement le signe que nous sommes européens au service de l'économie, de l'Etat", a poursuivi Michel Pébereau.