Sur Youtube, les femmes cherchent encore leur place

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Parmi les 100 youtubeurs les plus suivis de France, seule une dizaine sont des femmes. Entre inhibition et critique permanente, les créatrices peinent encore à s'imposer sur la plateforme, malgré de nets progrès depuis deux ans.

Alors que les médias sont souvent critiqués pour le manque de place accordée aux femmes (le dernier rapport de l'INA pointe encore des déséquilibres flagrants), la situation n'est pas forcément plus honorable sur Internet. Ainsi, bien qu'elle soit le terrain de jeu des jeunes générations, Youtube n’est pas vraiment exemplaire en termes de représentation des femmes.

Des pionnières un peu seules…

De fait, en France, on ne compte qu’une dizaine de femmes parmi les 100 youtubeurs les plus suivis. Surtout, elles sont encore une majorité à faire des vidéos beauté ou mode. Un constat que déplorait déjà il y a deux ans la youtubeuse humoristique Natoo, dans une vidéo vue plus de 14 millions de fois.

Natoo, c’est une pionnière de Youtube. Elle a ouvert son compte dès 2006, avant Cyprien et Norman, les deux youtubeurs les plus connus de France. Mais, alors qu’ils comptent respectivement 12 et 11 millions d’abonnés, Natoo, elle n’en a "que" 4,8 millions. C’est déjà pas mal, ça fait d’elle la première youtubeuse de France. Mais cela fait aussi de sa chaîne la 9ème plus suivie en France seulement (hors chaînes musicales, de films et de jouets). Une différence qui illustre bien l’écart de popularité entre les hommes et les femmes sur Youtube.

Derrière Natoo, le podium des youtubeuses est complété par Andy, qui raconte son quotidien en vidéos et avec humour (3,6 millions d'abonnés, 18ème du top 100), et EnjoyPhoenix, rendue célèbre par ses innombrables tutos beauté (3,5 millions d'abonnés, 21ème du top 100). Les trois jeunes femmes font partie des "historiques" du Youtube français, elles y sont présentes depuis au minimum six ans, preuve que sur la plateforme, primeur est donnée aux premiers arrivés.

Des progrès mais encore des obstacles

Mais la situation des youtubeuses s'améliore doucement. En 2016, il y avait six femmes parmi les 100 youtubeurs les plus populaires, contre le double aujourd'hui. Surtout, au-delà du nombre, c'est en matière de diversification des sujets que des progrès ont été réalisés. On voit émerger de nouvelles créatrices sur des thématiques jusqu’ici supposément masculines : gaming (Devovo, Chelxie…), football (Pola freestyle, Lisa freestyle…), sciences (Florence Porcel, Profroques…), histoire (Les revues du monde, C'est toute une histoire…) et même codage (E mds). Certaines rassemblent désormais des centaines de milliers d’abonnés.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Reste qu'il y a toujours des obstacles pour les femmes sur Youtube. Le premier, c’est leur propre inhibition dans une société qui les a longtemps privées de la parole. Et puis, quand elles osent se lancer, les femmes ont tendance à être plus critiquées que les hommes. Leur savoir et leur talent sont sans cesse remis en cause. Enfin, et c'est un problème de fond : bien plus que les hommes, les femmes croulent sous les commentaires et les insultes sexistes. "La gestion des commentaires est une priorité, on a pris des mesures", assure-t-on chez Youtube. "Il y a désormais la possibilité de valider les messages avant publication. Ça prend du temps, mais c'est une tâche qui peut être déléguée."

Youtube propose des formations

Face à l'invisibilité chronique des femmes sur la plateforme, Youtube a longtemps été taxée d'immobilisme. Notamment à cause de son algorithme de recommandations, qui repose sur les tendances et l'historique des vidéos vues par l'utilisateur et ne facilite pas la diversité des contenus. Saisi par les principales intéressées, Youtube a donc pris le problème à bras le corps. En France, le programme #EllesFontYoutube a ainsi permis d'accompagner 500 créatrices depuis 2017, dont 60 ont été suivies de près pendant six mois. "On veut montrer qu'elles ont la légitimité pour tout faire", nous explique-t-on en interne.

ENQUÊTE - L'intelligence artificielle est-elle sexiste ?

Ce programme repose sur deux piliers. D'un côté, des conférences avec des femmes vidéastes qui servent de modèle et peuvent débloquer les freins de certaines personnes qui hésitent à se lancer sur Youtube. De l'autre, des formations dédiées aux youtubeuses qui démarrent, avec des ateliers qui ont pour but de les aider à développer leur audience, leur apprendre à maîtriser le matériel et les logiciels vidéo ou encore à modérer efficacement les commentaires.