"Scandale", le récit du combat de trois femmes pour faire tomber le patron de Fox News

  • A
  • A
Le film "Scandale" sort mercredi au cinéma en France 1:44
Le film "Scandale" sort mercredi au cinéma en France © Metropolitan Filmexport
Partagez sur :
Un an avant l'affaire "Metoo" qui a visé notamment le producteur américain Harvey Weinstein, plusieurs femmes, présentatrices sur la chaîne Fox News, ont fait tomber leur patron, Roger Ailes, pour des faits de harcèlement sexuel. C'est ce que raconte le film "Scandale" - dont Europe 1 est partenaire -, porté notamment par Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie. 

Avant l'affaire Weinstein, il y a eu Roger Ailes. Puissant patron de la chaîne d'information américaine Fox News, qu'il a créée avec Rupert Murdoch pour concurrencer CNN, et proche du Parti Républicain, l'homme est déchu pour harcèlement sexuel envers ses employées en 2016. Son personnage est au centre du film "Scandale", dont Europe 1 est partenaire.

 

 

Le réalisateur Jay Roach met en avant cette fâcheuse tendance de celui qui murmure à l'oreille des grands dirigeants américains, de Nixon à Trump, à mettre à l'antenne de jolies présentatrices en échange de faveurs sexuelles. Pour parvenir à ses fins, il a une méthode bien à lui, regard libidineux à l'appui. Que l'on peut apercevoir dans la bande-annonce : 

Un harcèlement sexuel qui ne prendra fin qu'au moment où trois femmes journalistes vont briser le silence. Gretchen Carlson (Nicole Kidman), Kayla Pospisil (Margot Robbie) et Megyn Kelly, jouée par Charlize Theron. "C’est génial de revenir au point de départ. A ces gens qui ont tout déclenché parce qu’ils étaient les premiers", détaille l'actrice sud-africaine. "C’est une histoire que les gens ne peuvent plus ignorer, et il est temps d’aller s’asseoir dans une salle de cinéma, de regarder et d’en profiter, d’être dévasté, d’être en colère, mais aussi d’en rire tellement c’était absurde ce qu’il s’est passé".

Ce film au ton cinglant qui montre bien comment ces femmes sont marginalisées au sein de la l'entreprise et même de la société.  Chaque jour, les comédiennes étaient maquillées pendant trois heures pour ressembler le plus possible aux présentatrices qu'elles incarnent, et qui sont devenues des symboles dans le monde entier. 

Europe 1
Par Mathieu Charrier, édité par Thomas Vichard