Ramsès adapté en série TV : "Il est question d'un grand projet", souligne Christian Jacq

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'écrivain et chercheur en égyptologie revient sur l'adaptation télévisuelle de sa saga de livres "Ramsès", qui a été annoncée il y a peu.
INTERVIEW

Christian Jacq est l'auteur des cinq tomes de la saga Ramsès, qui raconte l'histoire du pharaon Ramsès II, publiés entre 1995 et 1996. Cinq livres qui feront bientôt l'objet d'une adaptation en série télévisée. L'éditeur XO a cédé les droits d'adaptation audiovisuelle de Ramses II à la société Picture Perfect Federation (MarseilleLe Bureau des légendes, Versailles) et Anonymous Content (True DetectiveMr. Robot13 Reasons Why). L'écrivain et chercheur en égyptologie était chez Matthieu Belliard, lundi soir sur Europe 1.

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Une très grosse production"

Déjà sollicité pour céder les droits de sa saga, Christian Jacq avait toujours refusé. Cette fois-ci, face au projet de Picture Perfect Federation et Anonymous Content, son éditeur et lui ont accepté. "Ils se sont engagés sur les moyens, ce ne sera donc pas quelque chose de médiocre", se réjouit l'écrivain, "il est question d'un grand projet". Le spécialiste n'a pas eu de détails au sujet du budget, mais souligne qu'il s'agit "d'une très grosse production, en millions de dollars".

"Je n'ai pas de droit de regard"

Deux années de préparation sont prévues avant que le projet ne soit tourné. Pour le moment, aucune information sur le casting. "Je n'ai pas de droit de regard", confie Christian Jacq, "mais il est prévu dans le contrat que l'on me consultera au sujet de données historiques". L'écrivain a d'ores et déjà une idée de ce qu'il souhaite au niveau du résultat final. "Je veux que cette série soit belle", raconte le spécialiste, avec un modèle dans un coin de sa tête, "la remarquable série des Tudors". "Je croise les doigts pour que ce soit très bien !", conclut Christian Jacq.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau