D'où viennent les expressions "fou à lier" et "pas folle la guêpe" ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Dans la nouvelle émission d'Europe 1, "Historiquement vôtre", Stéphane Bern se penche sur les racines d'une expression du quotidien. Mardi, il s'intéresse à l'origine de "fou à lier" et "pas folle la guêpe", locutions intimement liées par l'histoire de France mais dont le sens est diamétralement opposé. 

Il y a 640 ans, jour pour jour, Charles VI le fou succédait à Charles V le sage. La France passait alors de la sagesse à la folie. Stéphane Bern, qui chaque jour dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël décortique une expression que l'on utilise au quotidien sans toujours connaître son origine, se penche sur les formules "fou à lier" et "pas folle la guêpe".

"La première des deux expressions date du 17e siècle. À cette époque, les personnes atteintes de troubles graves laissent le corps médical désemparé. Les drogues abrutissantes n’existent pas encore et le seul moyen de les protéger contre elles-mêmes reste la camisole de force. Donc l'expression 'fou à lier' représente celui que l'on attache pour le maîtriser.

De 'pas bête la guêpe' à 'pas folle la guêpe'

La seconde expression, 'pas folle la guêpe', est une étonnante formule qui naît au milieu du 19e siècle. On disait d’ailleurs à l’origine 'pas bête la guêpe' et c’est la gouailleuse Arletty qui, dans le film Circonstances atténuantes, popularise l’expression en 1939. D’une personne rusée ou capable de raisonnements subtils, on dit qu’elle est fine d’esprit. Fine, comme la taille de la guêpe d’où l’explication de l’expression 'pas folle la guêpe'.

Ayons d’ailleurs une petite pensée émue pour la guêpière qui donne une taille fine à celle qui la porte, mais qui n’est pas le féminin de 'guêpier'. Ce sous-vêtement féminin a dû rendre plus d’un honnête homme complètement… 'fou à lier'. Voilà, la boucle est bouclée."

Europe 1
Par Stéphane Bern