Pourquoi il faut lire "Le théâtre des nuits", lauréat du prix littéraire Europe 1 - GMF

, modifié à
  • A
  • A
1:35
© Frédéric Bukajlo/CAPA Pictures/Europe 1
Partagez sur :
"Le théâtre des nuits" de Carl Aderhold a été récompensé mercredi dans nos locaux du Prix Littéraire Europe 1 - GMF dont c'était la première édition cette année. Notre journaliste littéraire Nicolas Carreau, parrain de cette édition et membre du jury, vous explique pourquoi il faut le lire. 

Carl Aderhold est historien de formation et s’appuie sur une vérité historique pour construire son roman Le théâtre des nuits, publié en janvier dernier aux éditions Stock (collection Arpège). "Pendant la Première Guerre mondiale, des comédiens sont allés sur le front pour divertir les Poilus, et leur remonter le moral" nous apprend Nicolas Carreau. L’armée était d’accord, mais il y avait cependant quelques conditions à leur venue. "D’abord, il ne fallait pas que ce soient des comédiens trop jeunes pour que les Poilus ne se demandent pas pourquoi les comédiens ne sont pas mobilisés. Et puis, il ne fallait pas que les comédiennes soient en contact trop rapproché avec les soldats pour des raisons évidentes"

Une histoire d’amour entre une comédienne et un soldat

Mais les règles vont être évidemment bafouées, et une histoire d’amour va naître entre une comédienne et un soldat. "La comédienne s’appelle Blanche Baulieu. Elle est à Paris au début de l’histoire, essayant de faire carrière, mais c’est très compliqué. Un jour, on lui propose de partir dans les Vosges avec Sarah Bernhardt, personnage magnifique, aussi romanesque qu’il était dans la vraie vie" explique Nicolas Carreau. "Le théâtre des nuits" est un roman pur, mais sur fond de vérité historique. "On a vraiment l’impression de visiter cette période de l’histoire, c’est très bien fait". C’est également un roman sur les femmes, et "sur la puissance des femmes qui s’émancipent des hommes" conclut-il. 

Carl Aderhold était notre invité jeudi matin : "Il y a un retour au romanesque dans la littérature française"

Europe 1
Par Nicolas Carreau