Pourquoi "Les Bronzés font du ski" sont "indémodables" ? Patrice Leconte a une idée

  • A
  • A
Le réalisateur des "Bronzés font du ski", Patrice Leconte, espère que les skieurs pourront regagner les pentes enneigées cet hiver. 1:40
Le réalisateur des "Bronzés font du ski", Patrice Leconte, espère que les skieurs pourront regagner les pentes enneigées cet hiver. © Europe 1
Partagez sur :
Le réalisateur des "Bronzés font du ski", Patrice Leconte, espère que les amateurs de glisse pourront regagner les pentes enneigées cet hiver et répéter leurs répliques préférées du film. Avant d'expliquer, lundi sur Europe 1, pourquoi, quarante ans après, le film a toujours autant de succès dans le cœur des Français.  

"Mais est-ce qu'on pourra, cette année, sur les télésièges, chanter 'Quand te reverrai-je pays merveilleux ?'" C'est la question qui taraude, lundi, Patrice Leconte sur Europe 1. Le réalisateur du célèbre film Les bronzés font du ski était l'invité inattendu de Sébastien Krebs dans la matinale d'Europe 1. Et il espère bien que les Français pourront clamer les répliques de leur film préféré sur les pistes de ski, malgré le coronavirus

"Je suis anéanti parce que tous les ans, on se demande s'il y aura de la neige pour que l'on puisse faire du ski, mais aujourd'hui, on ne se pose plus uniquement la question de la neige. On est dans l'incertitude du déconfinement. Je comprends les gens des stations qui se posent trois milliards de questions... comme des tas de Français, bien sûr", confie le réalisateur Patrice Leconte. Et il ajoute avec humour "espérer que les skieurs puissent commander une crêpe au sucre". 

"Le ski n'est pas sujet à la mode"

Car depuis près de 40 ans, les Français font toujours référence à ce film. "Quand j'entends des répliques des bronzés font du ski, ça m'enchante. D'avoir laissé ce genre de traces, pas que les traces de ski mais des traces de dialogue et de personnages... pour un cinéaste, c'est une récompense formidable^!", déclare-t-il. Le fameux "planté de bâton" de Jean-Claude Duss ou encore les télésièges dans lesquels nous restons coincés, c'est "indémodable" pour le réalisateur. 

C'est, entre autre, ce côté "indémodable" qui explique pour Patrice Leconte le succès du film, encore en 2020. Il raconte : "L'hiver dernier, je suis allé à la montagne faire du ski avec mes filles. Je me suis rendu compte que le ski n'a pas changé. Les télésièges sont toujours les télésièges, les tenues de ski sont toujours un peu bigarrés, les pentes neigeuses sont toujours les pentes neigeuses, c'est éternel. Le ski n'est pas un sujet à la mode du tout. Et c'est peut être, entre autres, pour cela que le film a 40 ans aujourd'hui". 

Europe 1
Par Manon Bernard