Palmade remonte seul sur scène : "Refaire uniquement des sketchs rigolos, ça aurait été reculer"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'humoriste remonte seul sur les planches pour la première fois depuis sept ans avec "Aimez-moi", un spectacle intimiste et poétique. Il sera à Paris courant décembre avant une tournée dans toute la France.

Pierre Palmade remonte seul sur scène, après sept ans d'absence, pour Aimez-moi, sa dernière création. Un spectacle très dépouillé, très juste et très émouvant, mis en scène par Benjamin Guillard. L’humoriste a commencé à roder son spectacle en province, au cours d'une vingtaine de représentations. Il sera ensuite au Théâtre du Rond-Point à Paris, du 5 au 31 décembre, avant de repartir en tournée dans toute la France. Europe 1 était dans la salle jeudi soir à Arradon, près de Vannes, en Bretagne.

Un "coup d’œil sur la vie". Dans ce spectacle tout en finesse, en délicatesse, ne vous attendez pas à rire à gorge déployée mais vous serez certainement emporté par les fables de Pierre Palmade qui se raconte par petites touches, l'air de rien, avec sa fantaisie, son humour pince-sans-rire. "Refaire uniquement des sketchs rigolos, ça aurait été reculer. Il fallait que je dise des choses. Le mot d’ordre, c’est d’être drôle mais il faut que ça soit rempli de mon coup d’œil sur la vie", explique Pierre Palmade au micro d'Europe 1.

Une tonalité autobiographique. Il parle ainsi de sa quête d'amour, fil rouge du spectacle, mais aussi de son homosexualité enfin assumée, de son hypocondrie ou encore de son addiction aux médicaments qui remonte à l'enfance. "Il y a enfin une homosexualité apaisée. Je crois que je suis en paix avec le fait d’être homo. J’explique dans le spectacle à quel point j’ai été programmé pour ne pas aimer ça, parce que je viens des années 1980 et d’une ville de province", confie-t-il encore.

 

>>> Retrouvez également le portrait de Pierre Palmade dans Campus sur Europe 1

Il nous fait rire aussi quand il joue des personnages sans filtre qu'il pousse jusqu'à l'absurde, comme l'homme qui déclare à son meilleur ami qu'il veut coucher avec sa femme, ou l'alcoolique qui se confesse à ses voisins. "Ce sont des personnages qui sont dans la transparence, qui pensent qu’en disant tout, on va leur pardonner", explique Pierre Palmade, toujours auprès d’Europe 1.

"Une autre facette". Les premiers spectateurs semblent déjà conquis. "J’ai trouvé ça inattendu, intéressant", confie l’une d’entre eux à la sortie. "Il est très émouvant, on le voit sous une autre facette, plus poétique, moins dans l’humour pur. C’est émouvant de le retrouver", ajoute une autre. Un seul en scène très bien écrit et finement joué par un humoriste bien connu du public, mais qui révèle cette fois une autre part de lui-même, plus intime.