Mike Horn sur son expédition au pôle Sud : "C'était une course pour ma vie"

  • A
  • A
6:54
Partagez sur :
L'aventurier Mike Horn dévoile les détails de son expédition pour atteindre le pôle Sud, un voyage raconté dans son livre "L'Antarctique, le rêve d'une vie", aux éditions XO.
INTERVIEW

Il a traversé 5.100 kilomètres en 57 jours, par des températures qui sont descendues jusqu'à -70 degrés. Invité du Club de l'été d'Europe 1 lundi, Mike Horn raconte son dernier exploit : rallier le pôle Sud depuis l'Afrique du Sud. 

Le départ de l'Afrique du Sud. Alors que la plupart des aventuriers qui partent à l'assaut du pôle Sud empruntent un avion pour se rendre directement sur ce continent inhabité, Mike Horn a opté pour une solution légèrement plus compliquée. C'est à bord d'un voilier au départ de l'Afrique du Sud qu'il s'est attaqué à son nouvel objectif. "Arriver en Antarctique en traversant 1.000 kilomètres de glace qui flotte sur la mer est une expédition", confie l'aventurier tout sourire au micro d'Europe 1. "Pendant un mois, j'ai essayé de casser la glace pour trouver des petits chemins. Et à 200 kilomètres du pôle, je ne pouvais plus avancer. J'ai alors fait un choix qui peut changer ta vie pour toujours : rentrer ou quitter le bateau et marcher sur cette glace qui flotte pour atteindre l'Antarctique", détaille-t-il. 

Entendu sur europe1 :
J'étais à 12.000 calories par jour, l'équivalent de ce que mange un homme en une semaine

"Mon expédition la plus difficile". Une fois arrivé sur la terre ferme, les difficultés ne font que commencer. "L'antarctique monte presque à 4.000 mètres d'altitude : il commence proche du niveau de la mer et il faut monter 3,8 kilomètres pour arriver sur un plat. Puis il faut encore traverser 120 kilomètres de crevasses pour atteindre le pôle", ajoute-t-il. Mais pour l'aventurier, la principale difficulté ce n'était pas le parcours, mais la température : "L'hiver approchait très vite avec des températures qui peuvent atteindre les -90 degrés. L'homme ne peut pas y survivre, c'était donc une course pour ma vie. (...) Après 30 ans d’expéditions, c’était peut-être mon expédition la plus difficile", confesse-t-il.  

"Si tu perds, tu perds ta vie". "Pour arriver au pôle, 24 heures par jour ce n'était pas suffisant. J'ai donc fait des journées de 30 heures à ski ou sur mon traîneau. Et mes pieds ont souffert. Dans une telle situation, il n'y a plus de solutions : si tu perds, tu perds ta vie. Mais quand tu rentres dans la 'vraie vie', c'est là que tu as le sentiment d'être vivant. (...) Je suis addict à l'exploit, ça me donne des émotions qui me donne envie d'avancer, de découvrir et ça me rend heureux", explique-t-il. Pour arriver à un tel exploit physique et mental, l'alimentation est primordiale et Mike Horn n'a pas hésité à manger en conséquence : "J'étais à 12.000 calories par jour, l'équivalent de ce que mange un homme en une semaine, et je buvais jusqu'à 14 litres d'eau en 24 heures".

Europe 1
Par Ugo Pascolo