L'hommage de Frédéric Goaty au violoniste Didier Lockwood

, modifié à
  • A
  • A
Didier Lockwood, le 31 mai 2017.
Didier Lockwood, le 31 mai 2017.
Partagez sur :
Le directeur de la rédaction de Jazz Magazine rend un hommage émouvant à Didier Lockwood. Le célèbre violoniste de jazz français est mort dimanche, à l'âge de 62 ans.

Je m'en souviens comme si c'était hier. C'était en 1986, à l'Olympia. Son public était jeune et enthousiaste ; son jazz mélodique, électrique et électrisant. Didier Lockwood, mort brutalement dimanche à l'âge de 62 ans, savait comment faire chavirer les foules. Il était charismatique et nous, on aimait bien quand il faisait danser son archet sur ses cordes et que des mouettes rieuses s’échappaient de son violon.

Didier Lockwood était une star du jazz, un musicien charismatique, et surtout un virtuose du violon. Avec lui, tout semblait facile, gracile, lumineux, évident. Quand il jouait avec Jacques Higelin, Claude Nougaro ou encore Barbara, son violon chantant faisait jeu égal avec ces grandes voix. Et quand il enregistrait avec les meilleurs musiciens américains, sa technique phénoménale faisait merveille, comme en 1995 dans le bien nommé New York Rendez-Vous.

Entendu sur europe1 :
Un plus beau son de violon que celui-là ? Non, franchement, je ne vois pas

Pour lui, tout avait commencé au milieu des années 1970, au sein du légendaire groupe Magma, et à l’ombre toujours bienveillante du grand jazzman Stéphane Grappelli, le premier grand maître du violon made in France. Dimanche soir, je me suis replongé dans New World, l’un de ses premiers disques. Il y avait longtemps que je n’avais pas écouté ce magnifique duo avec le pianiste Gordon Beck, La Manufacture De Sucre Engloutie. Un plus beau son de violon que celui-là ? Non, franchement, je ne vois pas.

Didier Lockwood avait effectué un brillant retour au jazz accoustique fin novembre avec Open Doors, son dernier album. Rendez-vous était pris avec Jazz Magazine. L’interview devait paraître fin avril, juste avant un concert exceptionnel dans le Grand amphithéâtre de la Sorbonne qu’on attendait tous avec impatience. Hélas, Didier Lockwood ne nous parlera pas de sa vie de jazzman éternellement recommencée.

>> Lorsque Didier Lockwood interprétait La Marseillaise dans les studios d'Europe 1 :

Europe 1
Par Frédéric Goaty