Les prix des abonnements Netflix plus élevés constatent des internautes, un test répond Netflix

, modifié à
  • A
  • A
Ces derniers jours, les prix des abonnements affichés sur le site de la plateforme de streaming n'étaient pas les mêmes qu'habituellement.
Ces derniers jours, les prix des abonnements affichés sur le site de la plateforme de streaming n'étaient pas les mêmes qu'habituellement. © John MACDOUGALL / AFP
Partagez sur :
Ces derniers jours, certains internautes ont constaté que les prix des abonnements Netflix avaient augmenté de plusieurs euros, détaille mercredi "Le Parisien". Selon l'entreprise, il s'agirait d'un test.

Les adeptes de séries devront-ils bientôt payer plus cher pour s'abonner à Netflix ? Ces derniers jours, les prix des abonnements affichés sur le site de la plateforme de streaming n'étaient en tout cas pas les mêmes qu'habituellement, ont constaté des internautes. L'offre standard à 10,99 euros s'affichait à 12,99 euros voire 13,99 euros et l'offre Premium à 17,99 euros en lieu et place des 13,99 euros habituels, détaille mercredi Le Parisien.

prix netf

L'offre standard. Capture écran réalisée le 6 mars.

bonnecap

Capture écran réalisée le 6 mars sur un autre ordinateur. Les tarifs sont plus élevés.

 

Un test pour estimer la valeur de Netflix. Selon Netflix, contacté par le quotidien, les prix affichés ne correspondent pas aux prix qui seront payés par les abonnés. Il s'agit en fait d'un test pour estimer la "valeur que les utilisateurs accordent à Netflix". D'ailleurs, le test ne concerne pas tout le monde. D'un ordinateur à l'autre, les prix affichés ne sont pas les mêmes. Certains visualiseront les tarifs habituels, d'autres non. 

Des tests aussi en Italie. Les utilisateurs français ne seraient pas les seuls concernés par ces tests. Selon le Parisien, des variations de prix ont également été constatées en Italie il y a une semaine. 

Vers une hausse des prix ? En 2017, Netflix avait augmenté en France le prix de ses offres Standard et Premium de respectivement un et deux euros par mois. En janvier, après que les prix américains aient été gonflés, l'entreprise avait assuré que cette hausse ne préfigurait en rien une nouvelle hausse des tarifs français.