Le "trésor nazi" de Gurlitt s'expose à Berne et à Bonn

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Deux expositions parallèles à Berne en Suisse et à Bonn en Allemagne dévoilent depuis début novembre une partie de l'impressionnante collection controversée de Gurlitt.

Fin 2013, les autorités allemandes avaient annoncé avoir découvert plus de 1.500 œuvres d'art chez Cornelius Gurlitt, le fils d'un marchand d'art qui s'était mis au service d'Adolphe Hitler pour accumuler des toiles qui plaisaient au Führer. Une collection impressionnante - des Picasso, des Matisse, des Monet, des Chagall - provenant notamment de pillages, de spoliations d’œuvres appartenant aux Juifs pendant les années 1930-1940.

450 œuvres exposées. Pour la première fois, beaucoup de ces tableaux sortent de l'ombre. Deux expositions parallèles organisées à Berne en Suisse et à Bonn en Allemagne dévoilent depuis début novembre et jusqu'au mois de mars une partie de l'impressionnante collection controversée : 450 œuvres sur les plus de 1.500 découvertes.

Des tableaux confisqués. A l'entrée de la Bundeskunsthalle de Bonn, le public tombe nez à nez avec une petite valise noire, qui se trouvait dans l'appartement de Cornelius Gurlitt à Munich. C'est dans cette malle que le marchand d'art conservait empilé des Picasso, des Monet, des Delacroix... "C'est incroyable l'accumulation de tous ces chefs d’œuvre, et de se dire que tout cela était chez lui, chez le fils de ce marchand d'art !", s'enthousiasme un visiteur. "A travers l'art, on touche du doigt un des aspects du système nazi !", ajoute une autre. Parmi ce trésor, il y a aussi des tableaux confisqués car considérés comme de l'art "dégénéré", qui étaient ensuite vendus pour renflouer les caisses de l'Etat.

Rendre hommage aux victimes et aux artistes persécutés. Avec ces expositions, "ce sont aux victimes et aux artistes persécutés par le régime que l'on veut rendre hommage", explique Rein Wolfs, le directeur du musée d'art de Bonn. "Il est très difficile de retrouver les propriétaires de ces œuvres. Ce que l'on sait, c'est que beaucoup de tableaux ont transité par la France et par Paris. On espère que l'exposition permettra de faire avancer les recherches." Un comité est aujourd'hui chargé de rendre les tableaux à leurs ayants-droit légitimes. A ce jour, seuls six propriétaires ont été retrouvés.

Europe 1
Par Laure Dautriche édité par C.O.

Les + lus