Le phénomène Daft Punk : "Ils ont déjà plusieurs milliards de streams sur Spotify"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les Daft Punk, légendes de la musique électronique, pionniers de la French Touch, ont annoncé leur séparation lundi. Le duo de Français, véritable phénomène artistique, totalise des milliards de streams sur l'ensemble de leurs titres, explique Antoine Monin, directeur de la musique de Spotify France, au micro d'Europe 1. 

La fin d'une époque. Le duo français de musique électronique Daft Punk a annoncé lundi sa séparation, après vingt-huit ans d'une carrière légendaire. Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont signé leurs adieux avec une vidéo "Epilogue", qui dépasse les 10 millions de vues en moins de 24 heures. L'occasion pour les fans de se replonger dans les titres favoris du duo. Sur Spotify, le géant suédois du streaming, les nombres d'écoutes ont augmenté depuis cette annonce, indique Antoine Monin, directeur de la Musique et porte-parole de Spotify France, au micro d'Europe 1. 

"Comme souvent dans ce genre d'évènement, on voit que les écoutes augmentent fortement, on voit que les gens se repenchent sur le catalogue et les tubes de Daft Punk", précise le porte-parole de la plateforme d'écoute, qui annonce son développement dans 85 nouveaux pays. L'effet Daft Punk, entre nostalgie, découverte et déni pour certains fans inconsolables devrait encore se prolonger quelques jours, confie-t-il. 

12 millions d'auditeurs mensuels

"C'est déjà un succès phénoménal dans le monde", rappelle Antoine Monin, citant des chiffres. "Ils ont déjà plusieurs milliards de streams sur Spotify, sur tout leur catalogue, ils ont plus de 12 millions d'auditeurs chaque mois et ils sont l'emblème de cette musique française qui s'est exportée."

Pionniers de la French Touch, les Daft Punk ont "ouvert les frontières", assure le directeur de la musique de Spotify France. "Aujourd'hui c'est un phénomène qu'on voit de plus en plus, l'export d'artistes français à l'étranger et c'est vraiment eux qui ont ouvert la voie."

Europe 1
Par Mathilde Durand