Le dessin d’une Française de 11 ans, publié dans le dernier livre de J.K. Rowling

, modifié à
  • A
  • A
Anna Vidal.
La jeune Anna, 11 ans, et son dessin publié dans le dernier livre de J.K. Rowling. © Jean-Luc Boujon/Europe 1
Partagez sur :
Grâce à un concours organisé par l'éditeur Gallimard, la jeune Anna, 11 ans et originaire de Haute-Savoie, a été choisie pour participer à l'illustration du dernier livre de la célèbre J.K. Rowling, auteure de la saga Harry Potter. Son dessin trône désormais dans l'ouvrage sorti en décembre 2020, "L'Ickabog".
REPORTAGE

Anna, 11 ans, est élève en 6ème dans un collège d'Annecy, en Haute-Savoie. Cette fillette a eu le bonheur de participer à un concours de dessin organisé par Gallimard, l'éditeur français de J.K. Rowling, l'auteure multimillionnaire de la saga Harry Potter. Résultat, son dessin a été choisi, avec celui de 30 autres enfants, pour illustrer le dernier livre de l'auteure, L'Ickabog, sorti juste avant Noël. Notre correspondant l'a rencontrée. 

"Je ne m'attendais vraiment pas à gagner"

"Je ne m'attendais vraiment pas à gagner. Je faisais ça comme ça, pour le plaisir de dessiner, et j'ai été très étonnée quand j'ai gagné", reconnaît la petite fille. Pour Anna, tout a en effet commencé comme un jeu. Mais six mois plus tard, son dessin est bel et bien publié dans L'Ickabog, le dernier livre de la maman d'Harry Potter, J.K. Rowling. C'est page 89, chapitre 14 que l'on peut voir son dessin. Et il s'agit du méchant de l'histoire, Lord Crachinay : "Il a un gros nez, il est chauve avec un grand menton et une petite dent jaune. Et il a les mains qui se frottent, et ça c'est très important parce que ça montre qu'il est vicieux". 

Anna, qui est une passionnée de dessin et de lecture, se souvient du moment où elle a su qu'elle avait été retenue : "Un jour, ma maman regardait ses mails, et là elle me dit 'Anna ! J'ai reçu un mail de Gallimard jeunesse !'. Elle m'a annoncé que mon dessin avait été sélectionné. J'étais trop contente, j'ai poussé un cri", se souvient-elle.

"Une sorte de récompense"

Sa mère Monika, justement, anime un atelier d'arts plastiques près d'Annecy, et est très fière de sa fille : "J'aime le dessin, j'aime la création. C'est une sorte de récompense de se dire que même quand les temps sont moroses, il y a toujours une lumière quelque part qui peut vous apporter de belles choses".

De très belles choses même, puisque L'Ickabog, sorti en décembre dernier, s'est déjà écoulé à plus de 240. 000 exemplaires en France.

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, édité par Manon Fossat