Joann Sfar : "Vivre de ses droits d'auteur est en train de devenir impossible"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le dessinateur était sur Europe 1 pour évoquer sa nouvelle bande dessinée, "Aspirine". Il en a également profité pour tirer la sonnette d'alarme au sujet de la situation des auteurs de BD en France.
INTERVIEW

L'auteur du Chat du rabbin est de retour avec une nouvelle bande dessinée. Joann Sfar publie Aspirine, l'histoire d'une étudiante en philosophie à la Sorbonne - une vampire - qui ne supporte plus de revivre sans cesse les mêmes épisodes de sa vie car elle est coincée à l'âge de 17 ans. Le dessinateur était dans Europe matin pour évoquer cette nouvelle oeuvre, mais également pour alerter sur la situation des auteurs en France.

"Il y a de plus en plus d'auteurs qui quittent le métier". Dimanche, avec d'autres auteurs, Joann Sfar a signé une lettre ouverte au gouvernement, publiée dans Le Parisien. Ce collectif s'inquiète au sujet de leur régime social et fiscal. "En ce moment, il y a de plus en plus d'auteurs qui quittent le métier, car aujourd'hui, c'est en train de devenir impossible de vivre de ses droits d'auteur", explique Joann Sfar au micro d'Europe 1. En janvier dernier, Europe1.fr avait réalisé une enquête sur le sujet, et pointé le grand paradoxe qui existait dans le secteur de la BD, pris entre croissance et grande précarité.

"Un choix de société". "Cela fait trois quinquennats successifs que l'on appelle "au secours" le ministère de la Culture et de la Santé. Ils n'arrivent pas à se mettre d'accord et ne nous aident pas", estime le dessinateur. "La réponse que l'on nous donne c'est : 'demander plus d'argent à vos éditeurs', comme si nous n'y avions pas pensé, ou 'fait un autre métier à côté'".

"Cette exception culturelle (vivre de la littérature ou de ses dessins, ndlr) que nous avons depuis un siècle est un choix de société", rappelle Joann Sfar, qui veut, avec d'autres, qu'une grande réflexion soit entamée sur le sujet du régime des auteurs de BD.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau