Jean-Luc Reichmann au théâtre dans "Nuit d'ivresse" : "Josiane Balasko s’est levée avant que le rideau ne tombe"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
"Nuit d'ivresse" était un film joué par Thierry Lhermitte et Josiane Balasko. A la demande de Jean-Luc Reichmann, cette dernière a réécrit la pièce pour que le couple soit joué par deux hommes.
INTERVIEW

Toute la semaine à la télévision, depuis sept ans, il est fidèle au poste d'animateur des Douze coups de midi sur TF1. Mais Jean-Luc Reichmann est aussi acteur. En plus de son rôle de Léo Matteï à la télévision, il joue depuis plusieurs mois Nuit d’ivresse au théâtre dans toute la France. Et pour terminer cette aventure de 130 dates dont cinquante en tournée, il jouera au théâtre de la Michodière mardi 23 avril, une représentation qui sera retransmise en direct, à 21h, sur TMC. Invité dans le Grand journal du soir de Philippe Vandel, il a expliqué comment il avait réussi à faire de cette pièce une œuvre en faveur de la cause homosexuelle.

"Ce sont mes combats". Dans Nuit d’ivresse, le film - sorti en 1986 et écrit par Josiane Balasko -, un célèbre animateur de télé rencontrait dans un bar une fille qui venait de sortir de prison. Dans la version  jouée par Jean-Luc Reichmann sur les planches, le couple phare, à l'origine campé par Balasko et Lhermitte, est cette fois incarné par deux hommes. "Ce sont mes combats pour la différence, contre l’intolérance", martèle le présentateur de TF1. Mais pour jouer cette pièce qui lutte contre l’homophobie, Jean-Luc Reichmann a dû la faire réécrire à Josiane Balasko.

Entendu sur europe1 :
J’ai commencé un peu à pleurer, les frissons sont montés

"Elle a hurlé". Après un soupçon d'étonnement, un "Faut voir" lancé au téléphone, la comédienne n’a pas hésité et a transmis la réadaptation de sa création par mail deux jours après la demande du comédien. "Elle a été touchée par ce combat", souligne Jean-Luc Reichmann, qui raconte surtout la réaction explosive de Josiane Balasko à la première de la pièce nouvelle version : "Elle s’est levée avant que le rideau ne tombe puisqu’elle connaît la pièce par cœur. Elle a hurlé dans le théâtre de la Michodière qui était plein comme un œuf 'Jean-Luc, mais quelle bonne idée tu as eu !'. J’ai commencé un peu à pleurer, les frissons sont montés. Et tout le monde a applaudi cette idée de remplacer la majorette par un homme", se réjouit le comédien qui assure réserver "quelques surprises" pour la représentation du 23 avril.