"J'ai honte pour eux" : Le coup de gueule d'Olivier Poels contre le guide Michelin

, modifié à
  • A
  • A
Le guide Michelin a retiré des étoiles à certains restaurateurs dans son édition 2021, alors même que l'année 2020 a été très perturbée. 1:51
Le guide Michelin a retiré des étoiles à certains restaurateurs dans son édition 2021, alors même que l'année 2020 a été très perturbée. © AFP
Partagez sur :
Lundi, le guide Michelin a rendu son verdict. Comme chaque année, des chefs de restaurant ont été distingués… et d'autres déclassés. Pour Olivier Poels, chroniqueur dans "La Table des bons vivants", sur Europe 1, il est inadmissible d'avoir sanctionné des restaurateurs après une année marquée par la crise du Covid.

Tous les ans, c'est un effet collatéral incontournable de la publication du nouveau guide Michelin : le système et les critères de notation suscitent d'interminables débats et d'homériques batailles pour savoir si tout y est bien juste et honnête. La parution, lundi, de l'édition 2021 du célèbre guide, n'a pas fait exception. Mais plus encore cette année que les précédentes, beaucoup se sont interrogés sur la pertinence de retirer des étoiles à certains restaurateurs alors que ceux-ci ont eu une année 2020 très perturbée par la crise du coronavirus.

Pour Olivier Poels, chroniqueur de La Table des bons vivants, sur Europe 1, c'est tout simplement inadmissible. "Je ne m'énerve pas souvent mais là j'ai honte pour ce qu'ils ont fait", a-t-il pesté samedi dans l'émission présentée par Laurent Mariotte. "Les restaurateurs ont vécu une année si difficile, certains n'ont ouvert en conditions normales que quelques semaines jusqu'au 15 mars… Ensuite, ils ont fait ce qu'ils ont pu. Comment a-t-on pu retirer des étoiles ?"

"Comment peut-on les avoir sanctionnés ?"

C'est le cas, par exemple, de Jean-François Piège, qui a perdu une étoile pour son restaurant "La Poule au pot". Ou encore d'Inaki Aizpitarte, chef du "Chateaubriand" à Paris. "Le Michelin l'avait déjà oublié pendant une bonne vingtaine d'années alors qu'il était l'un des chefs de file de la bistronomie", a rappelé la chronique Charlotte Langrand. "Deux après la lui avoir donnée, on lui retire cette étoile. C'est vraiment étonnant."

"Comment peut-on justifier de les avoir sanctionnés ? Avec la fermeture des établissements, les restaurateurs n'ont pas travaillé de manière normale. Il y avait des problèmes de personnels, des réflexions sur la cuisine, les jauges… on n'a pas pu les juger normalement", s'est indigné Olivier Poels. Le guide Michelin a assuré avoir mobilisé tous ses inspecteurs et fait en sorte de visiter autant d'adresses que les autres années. Mais ces critiques sur l'opacité de la notation ne sont pas nouvelles.

Découvrez notre newsletter gastronomie

Recevez tous les dimanches à 10h notre newsletter "A table !" pour exceller derrière les fourneaux avec les recettes, conseils et trucs & astuces de Laurent Mariotte, ses chroniqueurs et ses invités.

Abonnez-vous ici https://newsletter.europe1.fr/gastronomie/