IAM : "Dans la musique il n'y a pas de date de péremption, on continuera tant qu'on peut"

  • A
  • A
IAM Akhenaton Shurik'n
Akhenaton et Shurik'n au Stade de France en 2013. © PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :
Le mythique groupe de rap IAM raconte son histoire, marquante pour le rap français, dans le livre "Entre la pierre et la plume". Des mémoires qui ne sont pas, selon Shurik'n et Akhenaton, qui seront ce vendredi soir les invités d'Emilie Mazoyer, le signe de la fin du groupe.
INTERVIEW

Ils ne se sont jamais arrêtés depuis leurs débuts en 1988. Les membres d'IAM publient leurs mémoires avec Entre la pierre et laplume, mais ne se voient pas raccrocher pour autant, comme ils l'expliquent au micro d'Émilie Mazoyer dans l'émission Musique!. IAM a-t-il évolué avec son âge pour rester crédible dans la durée ? "Je pense qu'on le fait de manière inconsciente", estime Akhenaton. "Mais par contre, pour aimer et la musique et en faire, il n'y a pas de date de péremption."

>> Les membres du groupes IAM sont les invités d'Émilie Mazoyer vendredi soir, à partir de 20h : l'émission est à suivre en direct par ici

Pour Akhenaton, la fausse idée que les carrières dans le rap ne durent pas vient d'une erreur de raisonnement récurrente. "En France, on confond très souvent le métier d'artiste, et notamment d'artiste rap, avec celui de boxeur ou de footballeur. Dans ces métiers, effectivement, il y a une limite physique."

La scène, un sport en soi

Qui a vu IAM sur scène sait pourtant que leurs concerts sont aussi une performance physique. "Peut-être que sauter de tous les côtés sur scène pendant deux heures sera beaucoup plus compliqué à gérer dans quelques années", reconnaît Akhenaton. "On fera toujours les choses, mais sous une autre forme."

"Tu combats avec les armes du moment", rappelle de son côté Shurik'n. Pour ce dernier, vieillissement ou pas, c'est la passion qui doit décider de la suite de la carrière d'IAM. "Tant qu'on aime ce qu'on fait et qu'on le peut, on continuera", promet-il.

Europe 1
Par Alexis Patri