Akhenaton raconte comment et pourquoi son fils a collaboré avec IAM

  • A
  • A
IAM 3:07
Akhenaton et Shurik'in du groupe de rap IAM étaient les invités de Matthieru Noël mardi 3 décembre 2019. © Europe 1
Partagez sur :
A l'occasion de la sortie de "Yasuke", le nouvel album d'IAM, Akhenaton et Shurik'n sont venus expliquer leurs nouveaux morceaux au micro de Matthieu Noël. Akhenaton est notamment revenu sur la collaboration de son fils Yanis à un des titres de ce nouvel opus.  
INTERVIEW

Le groupe de rap marseillais IAM sort Yasuke, un nouvel album dans lequel on peut retrouver les thèmes chers à IAM : politique, racisme, injustices, et pauvreté. Le titre de ce nouveau disque donne le ton puisque Yasuke est le nom d'un esclave arraché du Mozambique au XVIème siècle, et devenu samouraï au Japon. Dans cet opus composé de 16 titres, les collaborations artistiques pleuvent mais l'une d'elle est passée un peu inaperçue. Celle de Yanis, un jeune rappeur de 24 ans, qui n'est autre que le fils d'Akhenaton. Ce dernier, accompagné de son acolyte Shurik'n, a raconté cette collaboration au micro de Matthieu Noël, mardi.

"J'attends le jour où il va venir me dire : 'papa, écoute mes morceaux' "

L'invité spécial de "Once upon a time" est "arrivé en dernière minute. Je ne l'aurais jamais suggéré de moi-même parce que c'est compliqué d'inviter son propre fils sur le morceau", confie Akhenaton. "C'est Kephren, un de ses tontons, qui a suggéré de mettre Yanis parce qu'on raconte notre histoire et notre vision du hip-hop, ce qu'on a vécu", relate le rappeur qui explique que Kephren voulait inviter la nouvelle génération. Akhenaton souligne : "Mon fils fait du rap mais il ne s'est jamais annoncé comme étant mon fils." Il ajoute en riant : "mais là du coup… il va bien se faire remarquer".

Le rappeur avoue d'ailleurs n'avoir jamais pu écouter les morceaux de son fils. "Il fait son truc de son côté. Je lui ai toujours dit 'tu me feras écouter quand tu seras prêt'. Il m'a dit 'parrain et toi, vous êtes des grands noms dans le rap, je ne suis pas prêt' ", raconte Akhenaton, qui ne cache pas une certaine envie de découvrir le travail de son fils : "j'attends le jour où il va venir me dire : 'papa, écoute mes morceaux' ". 

"J'ai vraiment pas envie ni de le pousser, ni de le freiner"

Il affirme cependant n'avoir jamais cherché à attirer son fils dans le monde du rap. "Que ce soit lui ou mes autres enfants, je ne les pousse à absolument rien. Je leur dis juste qu'il faut se donner les moyens de vivre ses rêves", souligne Akhenaton. "Pour lui, le rap c'est tout. Il est passionné par la culture de cette musique", note le rappeur qui raconte : "parfois, il me fait découvrir des groupes, on parle de musique. Il a la passion et j'ai vraiment pas envie ni de le pousser, ni de le freiner.  J'ai envie qu'il fasse ce qu'il aime et qu'il soit heureux."

Shurik'in, qui est aussi le parrain de Yanis, est allé écouter les morceaux du jeune rappeur. Il ne pourrait être plus d'accord avec Akhenaton : "La vie, il faut la vivre, pas la subir. Et pour ça, il faut te donner les moyens de la vivre, sinon les autres décideront pour toi". 

Europe 1
Par Céline Brégand