EXCLU - Europe 1 s'est faufilée sur le tournage d'OSS 117 au Kenya

, modifié à
  • A
  • A
OSS 117, Jean Dujardin 1:53
OSS 117, incarné par Jean Dujardin, revient au cinéma en février 2021 pour un troisième volet. © DR
Partagez sur :
"OSS 117 : Alerte rouge en Afrique Noire" est actuellement en tournage au Kenya, réalisé par Nicolas Bedos. Ce nouveau volet des aventures de l'agent secret, incarné par Jean Dujardin, traitera de la Françafrique et du néocolonialisme, dans les années 1980. Europe 1 a assisté au tournage. 
EXCLUSIF

L’espion français revient. OSS 117 : Alerte rouge en Afrique Noire, c’est le titre du troisième volet de cette saga. Le tournage a lieu depuis quelques semaines au Kenya. Les aventures de cet agent secret franchouillard, un peu idiot et sûr de lui, incarné par Jean Dujardin, se déroulent cette fois dans les années 1980. Sortie prévue en février 2021. Le nouvel opus est réalisé par Nicolas Bedos qui succède à Michel Hazanavicius. Europe 1 s’est faufilée dans les coulisses du tournage.

"Décidément, il ne changera pas"

Costume cravate, sourire étincelant et cheveux gominés, OSS 117, ou Hubert Bonisseur de La Bath de son vrai nom, n’a pas changé pour ses nouvelles aventures. "Déjà dans le second film, l’époque avait évidemment changé et pas lui. Là, ça se confirme. Décidément, il ne changera pas", raconte l'acteur Jean Dujardin, qui ne cache pas son plaisir.  "Et je pense qu’on a envie qu’il ne change pas, d’ailleurs. C’est un colon français, sur de lui, qui ne fait qu’enfiler les clichés et on s’en amuse."

Voitures anciennes, costumes d’époque : le centre de Nairobi prend des airs des années 1980. L'équipe du film garde le secret jusqu'au bout sur le scénario, mais le réalisateur Nicolas Bedos confie que ce nouveau volet de la saga raillera la Françafrique et le néocolonialisme. 

"C’est un film très à charge. C'est très intéressant parce que je suis fils de pied noir. L’antiracisme, le racisme… ce sont des réflexions dans lesquelles j’ai baigné", précise-t-il. "Le film parle de tout ça : du paternalisme des blancs dans la Françafrique des années 1980. On part de l’idée qu’il ne faut pas se faire museler par une espèce de consensus actuel, d’indignation perpétuelle sur tout. C’est le travail de l’humour de s’emparer de ces sujets-là parce que sinon on va se faire chier."

Les images sont tournées en partie dans le nord et l'est du Kenya. La sortie du long-métrage est prévue en février 2021.

Europe 1
Par Charlotte Simonart, édité par Mathilde Durand