La vie de René Goscinny racontée en BD, "l'art qui l'a rendu heureux"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Avec "Le roman des Goscinny, naissance d'un Gaulois", Anne Goscinny et la dessinatrice Catel racontent en BD l'histoire du créateur le plus célèbre d'Astérix. Anne Goscinny était samedi l'invité d'Europe 1.
INTERVIEW

Anne Goscinny a toujours veillé sur l'image de son père. Elle le prouve une nouvelle fois au travers de l'ouvrage : Le roman des Goscinny, naissance d'un Gaulois, de la dessinatrice Catel. Les deux femmes étaient les invitées de Patrick Cohen dans l'émission C'est arrivé cette semaine. Elles ont raconté la genèse de ce livre.

"Un double portrait, du père, de la fille et de cette transmission"

Pour la fille, Anne Goscinny, il y avait dans cette démarche de roman graphique une "nécessité" : celle de faire vivre la mémoire de son père. "Je ne peux compter que sur moi", estime-t-elle. Et tout de même sur l'aide de Catel Muller, qui de son côté, a été séduite par l'idée de travailler sur "un double portrait, du père, de la fille et de cette transmission". Car il s'agit bien de l'histoire d'un père et de sa fille.

Le roman s'ouvre d'ailleurs sur une scène qu'on pourrait croire inventée pour le cinéma mais qui a bel et bien existé : Anne Gosciny débarque à 18 ans dans le bureau du cardiologue qui a fait faire un test d'effort fatal à son père neuf ans plus tôt, en lui faisant croire qu'elle est armée et qu'elle va l'abattre.

L'ouvrage creuse ensuite la personnalité d'un des pères d'Astérix, la naissance de René Goscinny, son parcours en Argentine où la famille d'origine juive est exilée, les pitreries de petit garçon pour qui, déjà, le rire est une "raison de vivre", puis son retour en France en 1951. "Il a créé l'un des mythes du XXe siècle avec le recul et l’espace d’un océan entre lui et la France", souligne sa fille.

Entendu sur europe1 :
Il est pour la première fois raconté avec l’art qui l’a rendu célèbre

René Goscinny est aussi raconté au travers des duos marquants de sa vie, à l'instar de celui qu'il formait avec Uderzo. "Il a été génial. Il a compris qu’il était meilleur scénariste que dessinateur. C’était un homme qui avait le génie des rencontres. Il s’est entouré à son époque des meilleurs dessinateurs au monde", comme lorsqu'il crée le journal Pilote qui attirera la fine fleur de la BD.

Avec ce livre graphique, sa fille Anne remonte ainsi le cours du temps, assiste sur papier à la naissance de son père en tant que personnage. "C'est une forme d’accomplissement, puisqu'il est pour la première fois raconté avec l’art qui l’a rendu célèbre, mais surtout avec l’art qui l’a rendu heureux", conclut-elle.

Europe 1
Par Aurélie Dupuy