Coronavirus : "Les théâtres de plus de 900 places ne rouvriront pas avant septembre"

, modifié à
  • A
  • A
Les grands théâtres parisiens pourraient être contraints de garder leurs portes closes jusqu'en septembre. 2:10
Les grands théâtres parisiens pourraient être contraints de garder leurs portes closes jusqu'en septembre. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Au micro de Philippe Vandel, dans Culture Médias sur Europe 1, le directeur de théâtres Jean-Marc Dumontet a estimé que les grandes salles de spectacle ne pourront pas rouvrir leurs portes dès la fin du confinement, en raison des contraintes d'organisation. 
INTERVIEW

Comme la majeure partie des secteurs économiques en France, le monde du spectacle est à l’arrêt complet depuis le passage au stade 3 de l’épidémie de coronavirus, privé de spectateurs pour une durée encore indéterminée. Pour le directeur de théâtres Jean-Marc Dumontet, même si les mesures de confinement sont levées au bout d’une quinzaine de jours, un grande partie des salles resteront impactées jusqu’à la fin de la saison par cette brusque suspension de leur programmation.

"Nos grands théâtres, c’est-à-dire ceux qui font plus de 900-1000 places, ne rouvriront pas avant septembre", a-t-il estimé mercredi, au micro de Philippe Vandel dans Culture Médias sur Europe 1.

"La déflagration économique est plus forte que pendant les attentats" 

"Au Théâtre Antoine, à Bobino ou au Théâtre Libre, on a des programmations pensées un ou deux ans à l’avance, elles ont exigé en amont un travail de marketing et de communication, trois ou quatre mois avant. Quand le confinement sera terminé, nous n’aurons pas le temps de lancer une nouvelle communication", explique celui qui dirige six salles parisiennes de spectacle. "Les grands théâtres savent qu’ils devront réussir le mois de septembre, ils n’auront pas le choix !"

"La déflagration économique est plus forte que pendant les attentats", poursuit Jean-Marc Dumontet. "Les salles continuaient à ouvrir, même s’il y avait une certaine appréhension du côté des spectateurs. Là, nous ne sommes pas du tout dans le même schéma."

"Ce qui est beau, c’est cet élan de solidarité"

Egalement producteur de spectacles, Jean-Marc Dumontet a dû faire face à l’annulation de quelque 200 dates de tournée, prévues entre mars et avril. Il salue la mobilisation des équipes, déjà à pied d’œuvre pour pouvoir repartir une fois que le confinement sera levé.

"Ce qui est beau, c’est cet élan de solidarité. On a beaucoup de spectacles en tournée, on est en train d’essayer de les reporter. Les salles qui devaient nous accueillir dans toute la France sont extrêmement ouvertes, tout le monde cherche des solutions", salue-t-il. "Richard Berry, qui était en tournée avec Plaidoiries dans toute la France fait son maximum pour trouver de nouvelles dates et que l’on puisse reporter. Il y a un élan de dynamique positive", conclut Jean-Marc Dumontet.

Europe 1
Par Romain David