Au Petit Palais, la grande collection de dessins des époux Prat se visite dès maintenant

  • A
  • A
Petit Palais Exposition Musée
La Collection Prat est exposée depuis mardi au Petit Palais, dans le 8e arrondissement de Paris. © Eric Feferberg / AFP
Partagez sur :
Le Petit Palais, à Paris, a rouvert mardi avec une exposition de dessins français du 17e au 19e siècle, dont Europe 1 est partenaire. Cette collection est l'oeuvre des époux Louis-Antoine et Véronique Prat, qui ont rassemblé les pièces depuis plusieurs décennies.

C'est une éblouissante panoplie d'oeuvres qui s'offre au regard des visiteurs dès mardi, pour la réouverture du Petit Palais : de Poussin à Baudelaire, en passant par Degas, environ 200 dessins de la Collection Prat, l'une des plus importantes en France et dans le monde, sont rassemblés au sein de l'exposition "La Force du dessin", dont Europe 1 est partenaire*. Un accomplissement rendu possible par la passion des époux Prat, pour qui l'art est avant tout une forme de jeu.

"On ne connaissait pas grand-chose"

Louis-Antoine et Véronique Prat se sont rencontrés à l'école du Louvre et depuis 45 ans, ils collectionnent les dessins de Poussin, Delacroix, Cézanne et consorts. "Nous avons commencé à essayer d'acheter des dessins chez Drouot, aux puces, un petit peu partout chez les marchands", se souvient Louis-Antoine. "Évidemment, on ne connaissait pas grand-chose et puis petit à petit, c'est comme le poker, on apprend en jouant !"

" Le dessin que je préfère, c'est celui que je n'ai pas encore "

Dans "La Force du dessin", exposition qui rassemble des dessins du 17e au début du 19e siècle, on retrouve des paysages mais aussi beaucoup de portraits, comme une fillette croquée par Edgar Degas : "C'est un délicieux dessin où la fillette est représentée sur un fond vert", décrit le collectionneur. "C'est un dessin absolument exquis, qu'on a trouvé pour pas tellement cher, c'était en 1976, il y a plus de 40 ans."

Un musée héritera de leur collection

"Ce qui me plaît dans le dessin, c'est sa fragilité", poursuit Louis-Antoine Prat. "On me demande toujours le dessin que je préfère, et je réponds que c'est le prochain, celui que je n'ai pas encore." Si le couple de collectionneurs est prêt à débourser jusqu'à 100.000 euros pour acquérir un dessin, cette Collection Prat se destinera à un musée lorsqu'ils ne seront plus là pour l'enrichir. "L'un de mes amis avait dit que toute oeuvre d'art dans un coffre est un crime, et je suis bien d'accord avec ça", conclut Louis-Antoine Prat, dont la collection peut se visiter jusqu'au 4 octobre prochain.

*Exposition "La Force du dessin" au Petit Palais, dans le 8e arrondissement de Paris, du 16 juin au 4 octobre