2016, année record pour l'exportation de programmes audiovisuels français

  • A
  • A
"Dix pour cent" a été vendu à Netflix pour 60 pays.
Partagez sur :

L'animation reste le genre le plus exporté, suivi par la fiction, tirée par le succès de séries comme "Dix pour cent" ou le "Bureau des Légendes".

2016 a marqué un nouveau record pour les ventes de programmes audiovisuels français à l'étranger, grâce à l'animation mais aussi à la fiction, ont annoncé jeudi TV France International (TVFI) et le Centre national du cinéma (CNC). Tous genres confondus, les ventes ont généré 189 millions d'euros l'an dernier, en hausse de 15%, les préventes 71 millions, en hausse de 94% et les coproductions 76 millions d'euros, en hausse de 40,5%.

L'animation, genre le plus exporté. Genre le plus exporté, l'animation a toujours la cote, avec des ventes en hausse de 48% à 75 millions d'euros. Parmi les succès "Zip Zip", vendu dans plus de 100 pays, "Grabouillon" acheté dans un cinquantaine de pays ou "Boule et Bill" vendu dans une quinzaine de pays. La fiction arrive en deuxième position (+21% à 49,8 millions d'euros), tirée par le succès de séries comme "Dix pour cent" diffusée sur France 2, vendue à Netflix pour 60 pays ou le "Bureau des Légendes" de Canal+, vendu dans six pays dont les Etats-Unis. 

Des ventes aux pays anglo-saxons. "Il y a 10 ans, on ne vendait pas de contenus aux anglo-saxons, aujourd'hui si. Nos productions sont de plus en plus respectées dans le monde grâce aux belles audiences qu'elles réalisent", a souligné Hervé Michel, président de TVFI. La série "La vengeance aux yeux clairs" de TF1 a notamment attiré plus de 3 millions de téléspectateurs sur la chaîne italienne Canal 5 et la série "Versailles" de Canal+ jusqu'à 2,7 millions de téléspectateurs sur BBC2. Des succès d'audience qui se retrouvent aussi pour le documentaire, avec notamment "Cholesterol : le grand bluff" d'Arte qui a enregistré l'une des meilleures audiences de l'année pour le genre en Allemagne ou encore "Apocalypse, la 2e guerre" de France 2 qui a cartonné en Italie.

Les ventes de documentaires en baisse. Les ventes à l'export de documentaires ont reculé l'an dernier de 5% mais restent élevées à 35 millions d'euros. TVFI s'inquiète toutefois pour le long terme à cause de la fermeture de plusieurs cases de diffusion de ce genre qui tend à être délaissé au profit du "factual entertainment" (documentaires divertissants). Par région, l'Europe de l'Ouest conforte son statut de premier marché d'export des programmes français, suivi de l'Amérique du Nord et de l'Asie/Océanie avec une forte progression en Chine et en Inde.

Illustration de la montée en puissance des plateformes de vidéos à la demande (Netflix, Amazon...), qui représentent plus de 20% des ventes, les "droits Monde" (contrats de cession pour plusieurs territoires mondiaux) ont plus que doublé l'an denier à près de 30 millions d'euros.