Préparation à la Coupe du monde 2018 - France-Italie : Paul Pogba joue gros

, modifié à
  • A
  • A
Paul Pogba équipe de France FRANCK FIFE / AFP 1280
Après la pluie, le beau temps pour Pogba ? © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Le milieu de terrain de Manchester United, qui sort d’une saison mitigée, doit affronter la concurrence de Corentin Tolisso chez les Bleus. Au point de voir sa place de titulaire menacée.

Le "cas" Paul Pogba fait toujours autant parler. Le milieu de terrain de Manchester United, qui a vécu une saison mi-figue mi-raisin, joue gros lors du deuxième match de préparation de l’équipe de France de France au Mondial, vendredi soir contre l’Italie. La "Pioche", indiscutable depuis le début de l’ère Deschamps, voit en effet sa place de titulaire menacée par l’éclosion de Corentin Tolisso et, surtout, son incapacité à assumer son statut de leader. Pour lui, le match contre l’Italie, un pays qu’il connaît parfaitement (il a joué à la Juventus Turin), n’aura rien d’amical.

"Il peut apporter plus". En 2014, Paul Pogba avait été l’un des meilleurs Bleus à la Coupe du monde, au Brésil. A 21 ans, il avait alors été élu meilleur jeune joueur de la compétition, confirmant son immense talent. Sauf que depuis, l’ancien joueur de la Juventus Turin est branché sur courant alternatif en équipe de France. Ses statistiques, 9 buts et 7 passes décisives en 52 sélections, sont loin d’être déshonorantes. Le contenu de ses rencontres, en revanche, pose davantage problème. "Probablement qu’il peut apporter plus. Il a besoin d’épurer son jeu", a convenu Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps, interrogé par l’AFP.

Les deux matches amicaux, en mars, ont été un condensé de la carrière en Bleus de Pogba. Contre la Colombie (défaite 3-2), il n'a rien apporté lors de son entrée en jeu, à une demi-heure de la fin. Puis, quelques jours plus tard, il a répondu aux critiques avec une très belle prestation contre la Russie (victoire 3-1), avec un but et une passe décisive. Pas suffisant, toutefois, pour éteindre le débat.

Tolisso, une alternative séduisante. L’éclosion de Corentin Tolisso, le milieu du Bayern Munich, a renforcé la pression sur Pogba. Contre l’Irlande (victoire 2-0), lundi, il a même été l’un des (si ce n’est le) meilleurs Bleus, avec une grosse présence offensive (un tir sur le poteau) et une activité intense à la récupération. En seulement 7 sélections, l’ancien Lyonnais a convaincu aussi bien les observateurs que Didier Deschamps, au point d’être considéré aujourd’hui comme un possible titulaire en Russie.

"J'aurai des choix à faire, pas spécialement sur Pogba. C'est une question de registres, d'associations. J'ai beaucoup de milieux censés pouvoir être titulaires, d'un match à l'autre ça peut changer. "Coco" (le surnom de Tolisso) reste sur de très bonnes performances avec nous, il a confirmé (lundi) soir qu'on pouvait compter sur lui", avait assuré le sélectionneur après la victoire contre l’Irlande.

Matuidi-Kanté, difficile de s’en passer. Des choix, Didier Deschamps en disposent effectivement au milieu de terrain. A l’heure actuelle, seul N’Golo Kanté, toujours aussi impressionnant à la récupération, semble être assuré d’une place de titulaire. Blaise Matuidi, excellent avec la Juventus Turin cette saison, a toujours répondu aux attentes en équipe de France et mériterait assurément de figurer dans le 11 de départ.

A Paul Pogba, dès lors, de se montrer, enfin, à la hauteur de sa réputation. "On va prendre les rênes de l'équipe de France, on va essayer d'être patron, sur le terrain et en dehors du terrain. Je l'entends beaucoup, j'espère répondre sur le terrain et montrer à tout le monde", a assuré Pogba, à la mi-mai sur Canal+. Pour passer, enfin, des paroles aux actes.