France-Italie : cinq choses à savoir sur le match de vendredi soir

, modifié à
  • A
  • A
La dernière rencontre entre la France et l'Italie remonte au 1er septembre 2016, à Bari. Les Bleus s'étaient imposés 3-1.
La dernière rencontre entre la France et l'Italie remonte au 1er septembre 2016, à Bari. Les Bleus s'étaient imposés 3-1. © ALBERTO PIZZOLI / AFP
Partagez sur :
Pour leur deuxième match de préparation à la Coupe du monde, les Bleus affrontent l'Italie, vendredi soir à Nice. Un adversaire qu'ils connaissent particulièrement bien.

Quatre jours après leur victoire face à l'Irlande (2-0), les Bleus continuent leur préparation pour la Coupe du monde 2018 face à l'Italie, vendredi soir à Nice. Un match de gala, mais avant tout un test capital pour la troupe de Didier Deschamps, à quinze jours de son entrée en lice dans le Mondial. Voici cinq choses à savoir sur ce match amical.

Un adversaire bien connu

L'affrontement entre ces deux géants du football mondial dure depuis plus de cent ans, et une victoire nette de la Squadra Azzura en 1910 (6-2). Vendredi, les deux sélections s'affrontent pour la 39ème fois.

Le bilan est pour l'instant de 10 victoires pour la France, 10 nuls et 18 défaites. Avec plusieurs rencontres restées dans la légende, de la finale de l'Euro 2000 remportée par les Bleus (2-1 après prolongation), à celle de la Coupe du monde 2006 revenant à la Nazionale (1-1, 5-3 aux tirs aux buts).

Les Bleus invaincus à Nice

Ce sera la troisième fois que l’équipe de France jouera à l’Allianz Riviera. En 2014, déjà à l'occasion du deuxième match de préparation pour la Coupe du monde, les Bleus y avaient été tenus en échec face au Paraguay (1-1), avant de s'imposer largement l'année d'après face à l'Arménie (4-0), en amical.

Avant 2014, il faut remonter à 1970 pour trouver trace d'un match des Bleus sur la Côte d'Azur. Une rencontre amicale, encore, et un succès 3-0 contre la Tchécoslovaquie.

Pour "Super Mario", l'heure est aux retrouvailles

Mario Balotelli, lui, connaît bien Nice, pour y avoir évolué ces deux dernières années. C'est là que l'attaquant italien a renoué le fil de sa carrière. Ses performances - 40 buts en deux saisons – lui ont donc permis de revêtir à nouveau le maillot transalpin, après quatre ans d'absence.

Et de marquer un but, lundi soir, face à l’Arabie Saoudite (2-1). Contre la France, l'objectif sera le même. D'autant que cette rencontre devrait être sa dernière en terre niçoise.

L'Italie en pleine reconstruction

Si Mario Balotelli est de retour, ce n'est pas pour rien. La Squadra Azzura est en effet désormais entraînée par Roberto Mancini. La mission de l'ancien entraîneur de l'Inter Milan, Manchester City ou du Zénith Saint-Pétersbourg consiste à rebâtir une équipe, après l'immense désillusion liée à son absence au Mondial, une première depuis 1958.

 

Sidibé et Dembélé aux bons souvenirs

C'est face à l'Italie que Dijbril Sidibé et Ousmane Dembélé avaient fêté leur première sélection avec la France, le 1er septembre 2016 à Bari. Le dernier nommé était d'ailleurs devenu, à 19 ans et 109 jours, le deuxième plus jeune international tricolore, derrière Karim Benzema (19 ans et 99 jours). Sur le terrain, les Bleus l'avaient emporté 3-1. Anthony Martial et Layvin Kurzawa avaient quant à eux marqué leur tout premier but en A. Moins de deux ans plus tard, ils ne seront pas du voyage pour la Coupe du Monde en Russie. Contrairement à Sidibé et Dembélé.

Europe 1
Par Thibauld Mathieu