Éric Naulleau sur la Coupe du monde : "Je préfère jouer à la roulette au casino plutôt qu'en Russie..."

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Éric Naulleau publie "Quand la coupe déborde" aux éditions Stock. Un livre dans lequel il concilie ses deux passions : la littérature et le football. Pourtant, le présentateur n'ira pas assister aux matchs du mondial de peur... d'être empoisonné, à cause de ses engagements pro-ukrainiens. 
INTERVIEW

Il parle football en citant Blaise Pascal, Kafka, Philippe Claudel, Deleuze ou encore Borges. "Je voulais essayer de concilier mes deux passions, qui sont nées en même temps quand j’étais gamin : la littérature et le football", explique Éric Naulleau, invité samedi de l'émission de Philippe Vandel, Ceci dit sur Europe 1. Le présentateur et chroniqueur publie Quand la coupe déborde aux éditions Stock. Un livre dans lequel Éric Naulleau revient sur des matchs qui ont marqué l'histoire.

"Grève de millionnaires". Il n'hésite d'ailleurs pas à faire le lien entre Rimbaud et la grève des Bleus en 2010 à Knysna, qui avaient refusé de descendre du bus : "la première grève de millionnaires dans l’histoire de l’humanité", résume l'acolyte d'Éric Zemmour sur Paris Première. "Cela se passe en Afrique, en plus, ce qui rajoute encore plus de mauvais goût : sur le continent le plus pauvre, les millionnaires font grève", juge-t-il.

Pourtant, ce passionné de foot n'ira pas en Russie assister au mondial. Pas parce qu'il ne peut pas s'y rendre... "J'ai les moyens d'y aller", assure Éric Naulleau. "Mais je suis pro-ukrainien, et j’aime bien boire le contenu de mes verres sans arrière-pensée", glisse-t-il.

"Un montage, ça peut arriver !" Autrement dit, le chroniqueur a peur d'être empoisonné. "Je pense que les fichiers des services secrets russes sont extrêmement bien faits et je préfère jouer à la roulette aux casinos plutôt qu’à la roulette en Russie", affirme-t-il.

Mais Éric Naulleau en convient, il n'est certainement pas l'ennemi public numéro un en Russie. "Il y a une gradation", concède-t-il. "On n’est pas obligé de verser quelque chose dans mon verre mais je peux me retrouver de manière très très inattendu avec deux jeunes beauté très mineures et dénudées. Un montage, ça peut arriver". Résultat : "Je reste chez moi devant mon écran !" Pour que la coupe ne déborde pas...

Europe 1
Par Pauline Darvey