Coupe du monde : les députés font une vidéo de soutien aux Bleus

, modifié à
  • A
  • A
Une cinquantaine de députés et collaborateurs ont fait une vidéo de soutien aux Bleus (image d'illustration). © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :

Peu avant la fin de la séance matinale, une cinquantaine de députés et de collaborateurs se sont rassemblés dans la cour d'honneur de l'Assemblée nationale pour enregistrer une vidéo de soutien aux Bleus, deux jours avant la finale de la Coupe du monde qui les opposera à la Croatie.

"Allez les Bleus !", "atchik, atchik, atchik, aïe, aïe aïe" : des députés et collaborateurs ont tourné vendredi une petite vidéo de soutien aux joueurs de l'équipe de France de football dans la cour d'honneur de l'Assemblée nationale.

Un "happening" pour les Bleus. Peu avant la fin de la séance matinale consacrée au projet de réforme constitutionnelle, la vice-présidente au "perchoir", Carole Bureau-Bonnard (LREM) avait informé les députés de ce "happening", à l'initiative du président de l'Assemblée François de Rugy (LREM) en vue de la finale de dimanche face à la Croatie.

Dans la cour d'honneur du Palais Bourbon, ils sont plus d'une cinquantaine de collaborateurs et d'élus de tous bords à se rassembler, tenant des drapeaux tricolores. Outre François de Rugy, sont présents notamment Yaël Braun-Pivet (LREM), Marc Fesneau (MoDem) ou encore Philippe Gosselin (LR) et Sylvia Pinel (ex ministre PRG, non-inscrite).

"Atchik, atchik, atchik, aïe, aïe aïe". "La Coupe du monde, c'est un moment de grâce", lance à la cantonade Philippe Gosselin, avant d'entonner un "Atchik, atchik, atchik, aïe, aïe aïe", repris en chœur par ses collègues. Erwan Balanant (MoDem) sort ensuite du rang pour inviter les députés à un "clapping" les bras en l'air, tandis que la garde des Sceaux Nicole Belloubet, qui était auparavant au banc sur le projet de révision constitutionnelle, les prend en photo.

Parmi les absents figurent les Insoumis, l'un d'eux glissant dans les couloirs : "on ne va pas être sur la photo quand même". La vidéo devait être diffusée sur les réseaux sociaux de l'institution.