Coupe du monde : Henry va "peut-être" chanter La Marseillaise, selon Kevin De Bruyne

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'ancien attaquant des Bleus est depuis deux ans l'un des adjoints du sélectionneur espagnol de la Belgique, qui affronte la France mardi.

Son comportement sera sans doute plus scruté encore que celui des joueurs au coup d'envoi de la demi-finale de Coupe du monde entre la France et la Belgique, mardi soir, à Saint-Pétersbourg. Thierry Henry, meilleur buteur de l'histoire des Bleus avec 51 réalisations, prendra place sur le banc de la Belgique, dont il est l'un des entraîneurs adjoints depuis deux ans. Et l'on se doute que le cœur du natif des Ulis sera un peu serré au moment d'entendre La Marseillaise, lui a qui l'a entendu résonner à chacune de ses 123 sélections.

 

Mais ira-t-il jusqu'à la chanter en chœur avec ses adversaires du soir ? On en doute. "Je ne sais pas, il ne m'a rien dit de ce qu'il va faire. Peut-être qu'il va chanter La Marseillaise, ce que je trouve(rais) normal. Mais après, il n'a pas dit grand-chose sur l'équipe de France", a réagi lundi en conférence de presse l'international belge Kevin De Bruyne, interrogé sur la question. "Pour lui, peut-être que (mardi) ce sera un peu difficile mais il travaille maintenant pour la Belgique, il veut qu'on gagne", a-t-il ajouté. Désormais âgé de 40 ans, Henry, champion du monde 1998 et champion d'Europe en 2000 avec les Bleus, est devenu à la surprise générale adjoint du sélectionneur de la Belgique, Roberto Martinez, en 2016.

"La pièce parfaite qui manquait à notre staff". Et le technicien espagnol ne tarit pas d'éloge sur son T3 (deuxième assistant). "Il est la pièce parfaite qui manquait à notre staff", s'est même félicité l'ancien entraîneur d'Everton lundi. "Il nous amène ce qu'un ancien footballeur d'élite pense. Ensuite, c'est un coach, qui par son dévouement, son attention aux détails, essaye d'aider n'importe quel joueur de l'équipe. (…) Durant ces deux dernières années, il nous a amené ce qui nous manquait : l'expérience du niveau international, le savoir-faire pour gagner une Coupe du monde, pour être un footballeur, comment vous devez vous comporter sous le regard du monde entier, et savoir ce que vous ressentez dans ces moments-là."

En revanche, savoir ce que l'on ressent quand on entend son hymne national et que l'on est dans le camp d'en face, "Titi" ne le sait pas encore.