5-0 à l'Euro 1984 : quand les Bleus infligeaient leur plus lourde défaite aux Belges

  • A
  • A
La France de Michel Platini a infligé un 5-0 à la Belgique lors de l'Euro 1984.
La France de Michel Platini a infligé un 5-0 à la Belgique lors de l'Euro 1984. © AFP
Partagez sur :
En phase de poules à Nantes, les Diables Rouges étaient restés impuissants face aux Bleus de Michel Platini, bientôt champions d'Europe. Un souvenir lointain pour la génération dorée qui affronte la France mardi.

 

"C'est le match parfait. Tout est simple, tout est facile, il y a du plaisir, il y a du jeu. Tout s'enchaîne d'une façon totalement huilée." Le souvenir de l'ancien international français Alain Giresse, les yeux brillants dans un film réalisé par la Fédération en 2014, reste intact. Trente ans après, l'ex-attaquant raconte le France-Belgique le plus incroyable de sa carrière, disputé en phase de poules de l'Euro 1984... Pour les Diables Rouges, la rencontre reste, au contraire, l'une de leurs plus larges humiliations en compétition officielle. À quelques heures d'un match tout à fait différent entre les deux équipes, en demi-finales de la Coupe du monde, retour sur cet épisode.

"Un adversaire assez coriace". Nantes, 16 juin 1984. La France dispute "son" Euro à domicile. Vainqueure face au Danemark pour son premier match, elle s'apprête à jouer son deuxième match de poules face à son voisin belge. Et sur le papier, ce n'est pas gagné. "C'était l'équipe finaliste du dernier Euro (en 1980 en Italie, ndlr), qui avait fait en 1982 une Coupe du monde tout à fait correcte, et c'était toujours un adversaire assez coriace pour l'équipe de France", se souvient Alain Giresse. "On ne pouvait pas dire, en 1984, que les rencontres France-Belgique tournaient en faveur de la France." En 1976 et en 1982, les rencontres aller-retour entre les deux équipes en qualifications pour la Coupe du monde ou le championnat d'Europe ont, à chaque fois, tourné en faveur des Diables Rouges.

En préparation de l'Euro français, la Belgique a remporté quatre victoires d'affilée dans un groupe relevé, contre, notamment, l'Allemagne de l'Ouest et la Suisse. Mais quelques semaines seulement avant le début de la compétition, le pays découvre avec stupeur le scandale du match truqué deux ans plus tôt entre les clubs de Standard et Waterschei. L'Union belge de football suspend tous les joueurs des deux équipes. Et les Diables Rouges perdent leur "ossature", comme le rappelle la RTBF. Gerets, Meeuws, Plessers, Preud'Homme… Autant de titulaires indiscutables mis sur la touche pour le championnat d'Europe.

Une équipe largement remaniée. L'événement a forcé la Belgique à remanier son équipe dans l'urgence, avec beaucoup de jeunes joueurs. Face à la Yougoslavie, pour leur premier match de la compétition, les Diables Rouges ont tenu. Mais à la Beaujoire, ils craquent dès la quatrième minute, sur une reprise de Michel Platini. Dans une ambiance bouillante, l'équipe de France est en démonstration. L'attaquant-star marquera encore à deux reprises, imité par Giresse et Fernandez. Bilan des courses : 5-0, soit la plus large victoire de la France lors d'un Euro. Et la plus importante défaite des Belges face aux Bleus en compétition officielle.

Cette année là, la France et son "carré magique" iront jusqu'au bout, remportant leur premier titre de champions d'Europe. Après sa défaite face au Danemark, la Belgique ne franchira, elle, pas les phases de poules… Lourde mais lointaine, l'humiliation traverse-t-elle seulement l'esprit des joueurs belges d'aujourd'hui ? A priori non : aucun des représentants de la "génération dorée" ne l'a évoquée en interview jusqu'à présent. Face aux Bleus de Deschamps, les Diables Rouges regarderont devant.