Sevrage tabagique : le forfait de remboursement porté à 150 euros par an

  • A
  • A
Sevrage tabagique : le forfait de remboursement porté à 150 euros par an
Les frais de sevrage tabagiques seront remboursés jusqu'à 150 euros pour tous@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

De 50 euros, le forfait de remboursement de sevrage tabagique passe à 150 euros pour tous ceux qui souhaitent arrêter de fumer. 

Le forfait annuel de remboursement des moyens de sevrage tabagique va être porté à 150 euros pour tout le monde, a annoncé mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Cent cinquante euros remboursés pour tout le monde. "Dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale, le forfait de prise en charge de toutes les méthodes de sevrage tabagique sera porté à 150 euros par an pour tout le monde" a déclaré Marisol Touraine sur RMC/BFMTV. Le forfait était déjà de 150 euros pour les jeunes, les personnes en situation de précarité et les malades. Pour tous les autres, il était de 50 euros par an et par personne.

Une somme en dessous des frais réels. Interrogée sur ces forfaits, la ministre a reconnu qu'il étaient "assez limités" mais qu'un remboursement intégral n'était pas possible compte tenu de l'attitude des industriels qui n'ont pas demandé d'autorisation de mise sur le marché (AMM) des substituts nicotiniques. "Ils ne le souhaitent pas parce qu'ils veulent pouvoir pratiquer des prix sans limitation et que quand on rembourse, on fixe un prix" a-t-elle dit. Le remboursement forfaitaire des substituts nicotiniques fait partie de programme de lutte contre le tabagisme lancé en 2014.

Un paquet neutre mais pas d'augmentation de prix. Ce programme inclut la mise en place du paquet neutre, sans logo, ni couleur distinctive qui est en train d'arriver sur les présentoirs des bureaux de tabac. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit pour sa part une hausse de 15% des taxes sur le tabac à rouler, mais pas d'augmentation du prix du paquet de cigarettes. 

Interrogé sur cette stabilité du prix du paquet de cigarettes, la Ministre de la Santé a indiqué qu'elle était "favorable et tout le monde le sait, ça me vaut suffisamment de critiques de la part de certains, à une augmentation du prix du tabac". Mais elle a ajouté qu'elle avait fait "des choix de priorité" et que sa "priorité" était d'éviter que les jeunes entrent dans le tabagisme.