"En France, aujourd'hui, on a le choix : Macron ou Macron", dénonce Nicolas Dupont-Aignan

  • A
  • A
Partagez sur :

Allié de Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a pesté contre "le système" qui voudrait, selon lui, imposer la victoire d'Emmanuel Macron.

INTERVIEW

Il est désormais un fervent défenseur de la candidate du Front national. Nicolas Dupont-Aignan, fondateur du parti Debout la France, "assume à 100%" son choix de rallier Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Sur Europe 1 vendredi matin, il a répété avoir pris cette décision en conscience, pour barrer la route au candidat d'En Marche!

"L'héritier" de François Hollande. "Moi, j’ai fait ce choix parce que je pense que l’élection d’Emmanuel Macron serait très dommageable pour notre pays. Si les Français lisent les programmes, ils verront qu’Emmanuel Macron n’est pas le candidat merveilleux qu’on leur présente toute la journée dans les médias", s'agace Nicolas Dupont-Aignan. "85% des Français gardent un souvenir horrible du quinquennat de François Hollande. Et aujourd’hui, on veut nous faire croire que celui qui a été son héritier, son conseiller, son ministre, celui qui a été l’inspirateur de tous ses choix, va être le produit miracle qui va sauver la France. Mais c’est complètement délirant !", peste celui qui sera Premier ministre de Marine Le Pen en cas de victoire du FN, dimanche.

"J'ai fait un autre choix, j'en paie le prix". Nicolas Dupont-Aignan fulmine contre ce qu'il qualifie d'"envoûtement général", de "vent de folie sur la France". "Il faudrait continuer parce qu’il est plus jeune ? J’ai préféré prendre une autre voie, très difficile. Quand je vois que dès qu’on pense autrement, on est moqués, salis…", souffle l'ancien candidat à la présidentielle, lâché par nombre de militants de son parti après son ralliement à Marine Le Pen. "En France aujourd’hui on a le choix : Monsieur Macron ou Monsieur Macron. Je ne l’accepte pas. J’ai fait un autre choix, j’en paie le prix", insiste Nicolas Dupont-Aignan.

Dupont-Aignan accuse les médias de "propagande". Pour le fondateur de Debout la France, le programme économique et social du candidat d'En Marche! signifie "la mise au pas du pays". Une politique qui, selon lui, est clairement soutenue par "le système", et notamment les médias, qu'il accuse d'être tout acquis à sa cause. "Je suis convaincu que les Français ne se laisseront pas dicter leurs voix par les médias, qui sont à 99,5% dans une démarche de propagande. Quand je me déplace, je vois beaucoup de Français, notamment les plus modestes, qui ont compris l’escroquerie d’une classe, d’une oligarchie, d’un système qui veut maintenir ses privilèges", croit-il savoir.