Présidentielle 2017 : revivez le premier débat des cinq principaux candidats

  • A
  • A
 Présidentielle 2017 : revivez le premier débat des cinq principaux candidats
@ AFP avec Europe 1
Partagez sur :

François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ont débattu lundi 20 mars sur TF1 à un mois du scrutin. Retrouvez les meilleurs moments sur le live d'Europe1.fr. 

LIVE

C’était un débat inédit dans la vie politique française : les cinq principaux candidats à la présidentielle se sont affrontés lundi sur TF1 et LCI. Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et François Fillon ont débattu pendant presque 3 heures et demi. 

  • Economie, sujets de société et questions internationales, voilà les trois thématiques qui ont été abordées tour à tour

  • En introduction, les candidats, entourés d'un public de 400 personnes dont une trentaine de soutiens chacun, ont répondu en maximum 1 minute 30 à la question "Quel président voulez-vous être?". Ils ont eu à la fin du débat 1 minute pour conclure

  • Il y a d'abord eu une heure d'échanges plutôt policés puis un débat qui s'est animé et s'est tendu crescendo

  • Après des successions de prises de positions divergentes mais avec moins de débat comme sur l'apprentissage, ce sont les parties sur la sécurité et l'immigration, puis la laïcité et l'islam qui ont fait monter la température

  • Emmanuel Macron, favori des sondages avec la candidate FN pour accéder au second tour, a été la cible de tous, mais a évoqué régulièrement des points d'accord avec certains de ses rivaux, dont François Fillon

Suivez le live
Cette page s'actualise automatiquement
00h25
Le 20 mars 2017

C'est la fin de ce (très) long débat, qui aura finalement duré plus de 3h15 ! Merci de nous avoir suivis, et très bonne nuit à tous !

00h24
Le 20 mars 2017
00h24
Le 20 mars 2017
#LaMinutePourConclure : Emmanuel Macron "veut réconcilier des vues" : "Notre pays se divise. La France, elle a l'énergie, il y a cette volonté. L'ordre établi n'est plus le bon. Le projet que je porte est un projet qui libère, et qui en même temps protège ceux qui n'y arrivent pas. Un projet pour être fier. Je veux le porter avec vous. L'alternance profonde n'est pas le tic-tac, le balancier de la droite, la gauche. En votant pour moi, vous me donnerez la possibilité de faire. Je veux que la France redevienne une chance, et une chance pour chacun."
00h21
Le 20 mars 2017
#LaMinutePourConclure : "Le monde entre dans une saison des tempêtes. Nous ne pouvons pas affronter cette situation avec les pieds liés par les chaînes de l'argent. J'assume une mission : rendre la France aux Français en la libérant de l'oligarchie, en la libérant de la monarchie présidentielle. Pour la part qui me reviendrais, je suis prêt aux responsabilités. Contre la force du peuple, rien n'est possible. Avec, tout est possible", lance Jean-Luc Mélenchon.

00h19
Le 20 mars 2017
#LaMinutePourConclure : Marine Le Pen défend "l'indépendance de la France". "La mondialisation sauvage a été un cauchemar pour vous. Il est temps de retrouver la protection de la Nation. Je ne ferais rien contre votre volonté. Parce que ce choix est tellement engageant, je proposerais un référendum. Moi je respecterais la décision que vous aurez exprimée. Moi je vous appelle à la liberté, à remettre la France en ordre. Il n'y a pas de fatalité à ce que vous vivez."
00h17
Le 20 mars 2017
#LaMinutePourConclure : "Je vous propose de voter pour une nouvelle protection sociale, pour le soutien au pouvoir d'achat des plus modestes, pour une VIème Républuque, pour une République bienveillante, pour un futur désirable", affirme Benoît Hamon.
00h16
Le 20 mars 2017
#LaMinutePourConclure : "J'ai l'expérience de la gestion, mais surtout de la volonté de tout faire pour rendre aux Français l'espoir d'une vie meilleure", estime François Fillon.

00h15
Le 20 mars 2017
C'est maintenant (enfin !)  la conclusion du débat par les cinq candidats qui ont une minute pour résumer leurs arguments.​
00h14
Le 20 mars 2017
Pour Emmanuel Macron, il faut avant tout une solution diplomatique pour régler les problèmes au Moyen-Orient. "En sanctionnant, en emprisonnant" ceux qui se sont battus contre la France en Irak et en Syrie, la France doit pouvoir lutter contre le terrorisme, avance-t-il.
00h12
Le 20 mars 2017
"Nous sommes en présence d'un totalitarisme islamiste", affirme François Fillon, qui parle de guerre de longue durée. Lui prône une coopération plus étroite avec les Russes et les Iraniens, notamment. Il s'agirait aussi d'utiliser le motif "d'intelligence avec l'ennemi" pour lutter contre les menaces potentielles. "Personne ne peut dire aujourd'hui que nous sommes à l'abri d'un nouvel attentat", résume-t-il.
 

00h09
Le 20 mars 2017
Marine Le Pen dresse ses remèdes contre le terrorisme : lister les organisations internationales qui sont les ennemies de la France, fermer les mosquées salafistes, retrouver la maîtrise des frontières, interdire les Frères musulmans... "Tout n'a pas été fait, c'est loin que l'on puisse dire", estime-t-elle.
00h07
Le 20 mars 2017
Selon Benoît Hamon, les monarchies du Moyen-Orient sont aussi en partie responsables du terrorisme qui a sévi en France depuis plus de deux ans. Il souhaite la mutualisation des services de renseignements, avec un meilleur quadrillage sur le terrain. Concernant la radicalisation, "il faut que l'Islam regarde cette dérive d'un certain nombre de jeunes". L'ancien frondeur critique enfin la déchéance de nationalité, chantier lancé puis abandonné par François Hollande.
00h05
Le 20 mars 2017
Sur le terrorisme, Jean-Luc Mélenchon égrène : "L'islamisme politique est le moyen de guerre de pays qui se disputent des territoires et l'accès au gaz et au pétrole. Il faut cesser les guerres pour l'accès au pétrole et au gaz. Il faut apprendre à se passer de pétrole et de gaz. Le choix des énergies renouvelables, c'est le chemin de la paix. Il faut vaincre les terroristes à l'extérieur et les capturer quand ils sont chez nous.Il faut moins de bavardages, moins de gesticulations, plus de renseignement humain, plus de présence sur le terrain".
 
Le candidat de la France insoumise souhaite également que l'entreprise Lafarge, qui a reconnu avoir versé des pot-de-vin à l'Etat islamique, "paie chèrement"
00h08
Le 20 mars 2017
00h04
Le 20 mars 2017
Les candidats répondent à la question suivante : comment éviter de nouveaux attentats en France ?
00h01
Le 20 mars 2017
Emmanuel Macron peine à convaincre Marine Le Pen de son sérieux sur les questions internationales. Sur l'Europe, il est favorable à l'indépendance et à la sécurité de la France. "L'indépendance", ironise à voix basse Marine Le Pen. "Oui, l'indépendance, loin de vos grands rêves", lui répond-il. Le candidat d'En marche ! veut "une politique de responsabilité" qu'il obtiendrait "sans se rapprocher, contrairement à vous, Madame Le Pen, de Vladimir Poutine". Mais celle-ci lui reproche d'avoir un discours "complètement vide" qui "ne veut rien dire"."Vous arrivez à parler sept minutes, je suis incapable de résumer votre pensée, vous n'avez rien dit ! C'est le vide sidéral !", raille la candidate du FN. 
 

23h56
Le 20 mars 2017
Quel rapport la France doit-elle avoir avec la Russie de Vladimir Poutine ? François Fillon vante le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes en allusion à la question de la Crimée. Au Moyen-Orient, une coopération plus étroite avec la Russie aurait permis de battre en brèche l'organisation État islamique. Il est attaqué sur cette question par Benoît Hamon, qui lui demande s'il aurait engagé l'armée française aux côtés de celle du président syrien, ce à quoi l'ancien Premier ministre répond par la négative.
 

23h55
Le 20 mars 2017
23h52
Le 20 mars 2017
Quant à Marine Le Pen, elle souhaite "urgemment un passage à 2% du PIB du budget de la Défense parce que l'armée est à l'os". "C'est impossible", lui répond François Fillon. Selon lui, il faut augmenter le budget de la Défense "de manière raisonnable". Pour Jean-Luc Mélenchon, "le monde est redevenu dangereux" et "l'Europe de la Défense, c'est l'Europe de la guerre". Lui président, il y aurait une conférence de la sécurité "de l'Atlantique à l'Oural". La France ne jouerait plus le rôle d'une "nation occidentale" mais "universaliste". Benoît Hamon demande des précisions sur la redéfinition des frontières. Jean-Luc Mélenchon évoque la frontière en Crimée entre Russie et Ukraine. Il est rejoint, sur ce point, par François Fillon. "C'est très dangereux", affirme le socialiste, qui charge sévèrement Vladimir Poutine.
23h51
Le 20 mars 2017
23h47
Le 20 mars 2017
Comment combattre Daech ? Benoît Hamon veut prolonger l'intervention de la France au Moyen-Orient et en Afrique. "Nous avons une instabilité liée à Donald Trump aux États-Unis" et "à Vladimir Poutine", dit-il, se prononçant pour une Défense européenne pour un "bouclier que les Américains ne garantiront plus". Concrètement, avec le socialiste à l'Élysée, le budget de la Défense passerait à 2% du PIB et ces dépenses ne seraient pas prises en compte dans le déficit public aux yeux des institutions européennes.
23h43
Le 20 mars 2017
Dernier thème de cette soirée : la place de la France dans le monde.
23h43
Le 20 mars 2017
Sur la question de la vieillesse, Benoît Hamon veut créer une allocation à bien vieillir en Ehpad. Mais il insiste surtout sur "le droit à mourir dans la dignité", une proposition qui fera polémique selon lui. Jean-Luc Mélenchon renchérir en voulant l'inscrire dans la Constitution.
23h40
Le 20 mars 2017
Marine Le Pen vient attaquer Emmanuel Macron sur la loi El Khomri, texte de son ancienne collègue du gouvernement, avant de charger François Fillon sur son projet initial de "privatiser la Sécurité sociale". "C'est de la caricature !", rejette le candidat LR.
23h39
Le 20 mars 2017
Côté Sécurité sociale, François Fillon veut réduire les normes et les contraintes sur les maisons de santé, notamment, imposées par les Agences régionales de santé qu'il a créées. Une autonomie renforcée également souhaitée par Emmanuel Macron, qui y voit un moyen de réduire les déserts médicaux avec des maisons de santé plus efficaces. "On soigne bien mais on prévient mal", résume-t-il, avant de prôner la simplification du régime des indépendants. Manière de s'opposer à Jean-Luc Mélenchon et à sa proposition de rapatriement du RSI dans le régime général.
23h35
Le 20 mars 2017
Jean-Luc Mélenchon se dit favorable au rapatriement des complémentaires dans la Sécurité sociale. Il veut aussi supprimer le RSI pour les indépendants. Il invite aussi Emmanuel Macron à débattre sur ce thème. Le candidat d'En marche ! est d'accord. 
23h33
Le 20 mars 2017
Benoît Hamon revient au thème des perturbateurs endocriniens, qu'il souhaite interdire, et sur la démocratisation nécessaire des soins. "Non seulement c'est l’hôpital public qui dysfonctionne à cause des logiques de rentabilité", mais "les déserts médicaux" empirent les choses, d'après le socialiste.
23h31
Le 20 mars 2017
Emmanuel Macron attaque François Fillon sur la viabilité des mesures qu'il appliquerait s'il était élu. "Ce qui est proposé par François Fillon, c'est de faire des économies sur celles et ceux qui sont en âge de partir, donc des économies sur le dos des Français."
 
S'en suit une petite passe d'armes entre les deux, le candidat LR lui reprochant de ne pas avoir œuvré pour le report de l'âge légal quand il était au gouvernement, ce à quoi l'ancien locataire de Bercy répond par une pique sur le vainqueur de la primaire de la droite, "en politique depuis plus trente ans, pas comme [lui]".
 

23h28
Le 20 mars 2017
Selon François Fillon, "l'espérance de vie d'une profession pourrait être un critère" de modulation de l'âge de départ à la retraite. "Je propose qu'on continue l'évolution jusqu'à l'âge de 65 ans. Grâce à cela, on sécurisera le financement des pensions", justifie-t-il. "Mais elles baissent depuis que vous faites des réformes", attaque Marine Le Pen, ce que récuse l'ancien Premier ministre. D'après lui, la retraite par points est "une illusion".
23h25
Le 20 mars 2017
"Il faut ne pas demander en permanence des sacrifices aux Français", lance Marine Le Pen. L'aide médicale d'État à supprimer, la fraude sociale, la fraude fiscale... La candidate FN a ciblé les domaines où elle ferait des économies. 
23h25
Le 20 mars 2017
La candidate du FN a bien préparé ses fiches
 

23h23
Le 20 mars 2017
La baisse de l'âge du départ à la retraite, c'est le souhait de Jean-Luc Mélenchon : "On revient à la retraite à 60 ans et aux 40 annuités". Le financement serait permis grâce à l'égalité des salaires entre les hommes et les femmes.
23h21
Le 20 mars 2017
En matière de retraites, Benoît Hamon veut que "justice soit faite à ceux qui doivent partir plus tôt". Lui souhaite renforcer le compte pénibilité, mesure du quinquennat Hollande, accompagnée du don de trimestres entre conjoints.
23h19
Le 20 mars 2017
Les journalistes invitent les candidats à se pencher sur l'avenir du modèle social français.
23h23
Le 20 mars 2017
TF1 a noté un point d'accord sur le RSI entre Marine Le Pen et jean-Luc Mélenchon 
 

23h18
Le 20 mars 2017
Le RSI est un "serial killer", selon Marine Le Pen, qui mettrait en place une amnistie pour ceux qui l'ont payé par le passé. L'allocation vieillesse et l'allocation handicapé seraient aussi augmentées de 20% si elle accédait à l'Élysée. "Monsieur Fillon, le meilleur moyen de tuer une entreprise, c'est de tuer ses clients", lance-t-elle à l'ancien Premier ministre. Elle cible enfin le coût des mutuelles, "pas là pour faire du fric" : elles n'auraient plus le droit de faire de la publicité. "Le vrai serial killer, c'est Marine Le Pen" et "le retour du franc. Vous êtes en train d'entraîner le pays vers un véritable chaos économique et social", lui rétorque François Fillon. "Cela s'appelle le projet peur", corrige Marine Le Pen. "C'est la réalité", répond François Fillon. 
23h15
Le 20 mars 2017
Petite vacherie du candidat socialiste envers son rival de droite, en référence aux affaires judiciaires concernant François Fillon

 
23h13
Le 20 mars 2017
Pour Jean-Luc Mélenchon, ce sont 14 tranches qui seraient en vigueur pour l'impôt sur le revenu, de manière à rendre plus progressif l'imposition des ménages français.
23h11
Le 20 mars 2017
Le revenu universel, très peu pour Emmanuel Macron : "A la fin, quelqu'un paye l'addition", critique-t-il. Les économies que défend de son côté l'ancien ministre de l'Économie serviraient à financer la suppression, pour 80% des Français, de la taxe d'habitation qui frappe selon lui la France périphérique et les classes moyennes. "Personne n'y croit une seconde", juge pour sa part François Fillon.
23h10
Le 20 mars 2017
François Fillon raille la société que veut Benoît Hamon et réclame une fiscalité plus souple sur l'investissement, ainsi qu'une baisse de charges sociales sur les petits salaires. "La seule idée innovante de cette campagne électorale, c'est le revenu universel", lance pour sa part Benoît Hamon. Mais que prévoit la dernière mouture de cette mesure, que le candidat a déjà remanié deux fois ? 
 

Revenu universel : que veut vraiment Benoît Hamon ?

ÉCONOMIE - Depuis plusieurs jours, Benoît Hamon précise les contours de son revenu universel. Des précisions qui ressemblent à un rabotage de son projet initial.
 
23h09
Le 20 mars 2017

23h05
Le 20 mars 2017
La solution de Marine Le Pen pour réduire le chômage ? "Le libre-échange total, la mise en concurrence de nos producteurs, avec une recherche du moindre coût, a ruiné notre agriculture et notre industrie. Il faut un patriotisme économique, avec un État qui avantage les entreprises françaises. Je ne suis pas chargée de créer l'emploi dans les pays voisins". Autre proposition de la dirigeante FN : le protectionnisme économique. Elle reproche ensuite à certains de ses concurrents d'avoir voté le traité de Lisbonne, en 2007. Marine Le Pen évoque enfin la fermeture de l'usine Whirlpool d'Amiens pour illustrer son propos.
23h01
Le 20 mars 2017
Benoît Hamon s'écharpe avec François Fillon sur le temps de travail. Le candidat LR avance la comparaison avec les autres pays européens, quand le socialiste pense que la réduction du temps de travail, qui se raréfie selon lui. "On a deux ministres de François Hollande, et eux ont échoué gravement", raille le candidat de la droite.  
23h00
Le 20 mars 2017
"Vous avez des beaux principes mais ils ne protègent plus", lance Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon. "Je suis pour le salaire décent, avec la rémunération des heures supplémentaires", ajoute le candidat d'En marche !, qui croit au "dialogue social". "Ce n'est pas un dialogue social, c'est un monologue social, c'est Monsieur Gattaz (patron du Medef) qui parle", lui rétorque le candidat de la France insoumise.
 
"Ca parle de salaire décent, mais y'a pas de chiffres", leur reproche François Fillon, qui pose que la durée légale du travail sera fixée après négociations. Plus mordant qu'avant la pause, le candidat de la droite enchaîne : "Monsieur Macron et Monsieur Mélenchon sont d'accord, on ne sait pas sur quoi, ce sont des mots, un 'salaire décent', il n'y a pas de chiffres, on ne sait pas comment on y arrive".
22h56
Le 20 mars 2017
Comment crée-t-on de l'emploi ?, se demande Jean-Luc Mélenchon. "En remplissant le carnet de commandes. Je mets 100 milliards d'investissement dans les économies du futur", explique-t-il. "Vous voulez avoir le temps de travail de la Roumanie ?", demande le candidat à ses concurrents. "De l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Finlande. Pas de la Roumanie !", rectifie François Fillon. "Il faut une loi, la même pour toute le monde, pas une par rue !" s'exclame Jean-Luc Mélenchon, qui refuse de voir l'Allemagne comme un "modèle".
22h53
Le 20 mars 2017
Benoît Hamon déroule sa conception du futur du travail. "Je pense qu'il faut penser le nouveau pilier de notre protection sociale avec le revenu universel. Il permettrait d'augmenter de 200 euros le Smic net sans augmenter le Smic brut", expose-t-il. Le candidat évoque le burn-out et l'anxiété, des psychologies psychiques qu'il veut voir reconnaître comme des pathologies.
22h51
Le 20 mars 2017
Quant à Emmanuel Macron, il remet partiellement en cause les 35 heures. "Je ne propose pas de supprimer les 35 heures dans la loi, car la situation est différente selon les secteurs d'activité"Il interroge également François Fillon : "Si le problème majeur de l'économie française était là, vous les auriez supprimées quand vous étiez au pouvoir."
 
"Je les ai beaucoup assouplies", rétorque l'ancien Premier ministre. "Les entreprises ne l'ont pas vraiment ressenti", répond Emmanuel Macron. "C'est vrai, on aurait pu aller plus loin", reconnaît François Fillon.
22h49
Le 20 mars 2017
François Fillon veut donner la liberté aux entreprises la négocier le temps de travail, avec la possibilité accordée selon lui aux salariés de défendre leurs prérogatives. Le candidat LR insiste sur la "liberté" nécessaire au monde de l'entreprise.
22h47
Le 20 mars 2017
Le débat reprend avec le chômage de masse et les solutions pour en sortir.
22h51
Le 20 mars 2017
Chacun des candidats est venu avec sa garde rapprochée, qu'il a tenu à bien placer dans l'axe des caméras. L'arrière-plan a donc une importance toute particulière pour chacun de ces cinq ambitieux-là. 
 

Débat de la présidentielle : avec qui les cinq candidats s'affichent ? - Le Lab Europe 1

Débat de la présidentielle : les cinq candidats sont venus bien accompagnés.
22h43
Le 20 mars 2017
Le débat s'interrompt pendant quelques instants, afin de permettre aux cinq candidats de respirer. Retour dans quelques instants sur Europe1.fr pour la suite des échanges !
22h39
Le 20 mars 2017
Pour Jean-Luc Mélenchon, "il faut tourner la page de l'agriculture chimique". Le nucléaire ? "Il est irrationnel de croire que ça continuer comme ça sans problème", indique-t-il, pointant ces centrales nucléaires "qui vont arriver au bout. Il faut sortir du nucléaire. Souhaitez qu'il ne nous arrive jamais rien", prévient-il à l'endroit de François Fillon. Et d’enchaîner : "Monsieur Fillon, on n'a jamais dit qu'on allait appuyer sur un bouton et arrêter le nucléaire. Dans le prochain mandat, 18 réacteurs vont arriver à terme. Les recaréner va coûter 100 milliards. Je préfère prendre 50 milliards pour développer les énergies renouvelables".
 
22h37
Le 20 mars 2017
"On a poussé les familles modestes à acheter du diesel et maintenant on va leur taper dessus", reproche Marine Le Pen. Selon elle, les circuits-courts, de l'agriculture française, sont la solution incontournable au réchauffement climatique.
22h34
Le 20 mars 2017
François Fillon insiste sur l'intérêt que présente l'énergie nucléaire dans la France contemporaine. Il est rejoint sur ce point par Emmanuel Macron, qui souhaite également un rapprochement de la fiscalité du diesel et de l'essence, avec une prime à l'achat pour les véhicules moins polluants.
22h33
Le 20 mars 2017
Les candidats sont interrogés sur leur vision de l'environnement et de l'écologie.
22h31
Le 20 mars 2017
Marine Le Pen critique, elle, "le pantouflage" en s'attaquant aux "banquiers" qui deviennent politique. "Ils prennent des décisions qui avantagent des grandes entreprises. Il y a de gigantesques intérêts privés qui s'invitent dans cette campagne parlementaire".
 
Réponse d'Emmanuel Macron, d'abord avec humour : "Je vais prendre la parole car je crois que l'on parle encore de moi. Vous vous ennuieriez sans moi !" Puis le candidat d'enchaîner, plus cinglant : "Il y a une justice dans notre pays. Soit ce que vous venez de faire, c'est de la diffamation, soit, il faut que vous soyez plus précise." "J'espère que la justice sera aussi rapide que pour Monsieur Fillon", glisse Marine Le Pen. "C'est ce qu'on appelle une justice TGV", ironise François Fillon. "Si ce que vous dites sur moi est vrai, la justice serait déjà là", conclut Emmanuel Macron
 
Le candidat d'En Marche est régulièrement pointé comme "le candidat de l'argent" : 

L’argent, angle d’attaque favori des adversaires d’Emmanuel Macron

POLITIQUE - Largement ciblé par Benoît Hamon dimanche, qui a voulu dénoncer "le parti de l’argent", Emmanuel Macron a répondu sur France 2 à une attaque devenue récurrente chez ses...
22h28
Le 20 mars 2017
22h28
Le 20 mars 2017
Jean-Luc Mélenchon liste les mesures qu'il appliquerait s'il était élu, parmi lesquelles l'inéligibilité d'un homme politique en cas de condamnation et l'interdiction faite à un parlementaire d'embaucher un membre de sa famille en tant que collaborateur.
22h26
Le 20 mars 2017
Au tour d'Emmanuel Macron, qui précise qu'il est d'accord avec la vision des institutions de François Fillon. L'ancien locataire de Bercy a l'ambition de faire le ménage dans les conflits d'intérêts et d'interdire à un parlementaire l'embauche d'un membre de sa famille comme assistant.
22h25
Le 20 mars 2017
SONDAGE Quel candidat vous convainc le plus ? Vous pouvez répondre à la question en vous rendant sur notre sondage lancé en temps réel pendant que les cinq débatteurs s'affrontent. 
 

 

22h24
Le 20 mars 2017
Benoît Hamon veut davantage de transparence pour le financement des campagnes électorales et de la vie publique, critiquant les lobbys et parlant d'une "campagne polluée par l'argent".
22h23
Le 20 mars 2017
Quelles mesures prendraient les cinq candidats pour moraliser la vie politique ?
22h23
Le 20 mars 2017
François Fillon s'oppose à la VIème République que souhaite Jean-Luc Mélenchon : "La Constitution, elle est très claire. Il faut d'abord la respecter. Est-ce la priorité de réviser la Constitution ? Non." Il évoque ensuite la moralisation nécessaire de l'État.
22h22
Le 20 mars 2017
22h20
Le 20 mars 2017
Benoît Hamon vante les mérites de son "49-3 citoyen", pour relancer la démocratie, accompagné du septennat non-renouvelable, une proportionnelle avec une prime majoritaire. Il pointe les lobbys qui influenceraient certains candidats, visant implicitement Emmanuel Macron. "Je pense que c'est pour moi", ironise le candidat d'En marche ! qui met en avant le renouvellement de la vie politique qu'il aurait opéré avec la création de son mouvement. "Ma campagne est financée par des dons de personnes physiques, aucune entreprise, aucun lobby ne donne", rétorque-t-il. "N'insultez pas ces hommes et ces femmes", met-il en garde.
 
"Je vous fais confiance. Pouvez-vous prendre l'engagement que parmi ces donateurs, il n'y pas plusieurs cadres de l'industrie pharmaceutique, bancaire", lui lance le candidat PS. "Cela n'a aucun sens. L'identité est protégée par la loi. Je prends l'engagement de n'être tenu par personne. Le financement est transparent", répond Emmanuel Macron.
 

22h15
Le 20 mars 2017
Pour Marine Le Pen, c'est le transfert de la souveraineté française aux institutions européennes qui pose problème. Elle réviserait aussi la Constitution pour intégrer la préférence nationale et la proportionnelle intégrale à toutes les élections. Côté Assemblée et Sénat, la candidate FN veut réduire le nombre de parlementaires.
22h13
Le 20 mars 2017
Jean-Luc Mélenchon détaille son projet de VIème République avec une Assemblée constituante, le référendum révocatoire, l'extension du vote à partir de 16 ans et la reconnaissance du vote blanc. D'après le leader de la France insoumise, la "règle verte" doit être constitutionnalisée : les hommes ne pourraient plus prendre à la nature plus que ce qu'ils ne lui rendent.
22h11
Le 20 mars 2017
Les candidats sont maintenant invités à donner leurs positions en matière d'institutions.
22h12
Le 20 mars 2017
22h10
Le 20 mars 2017
"Je n'ai pas besoin d'un ventriloque", rétorque Emmanuel Macron à Marine Le Pen, qui lui prête des propos pro-burkini. Le candidat d'En Marche se dit "capable d'exprimer tout seul ce qu'il pense : le burkini est un problème d'ordre public, pas de laïcité". 
 

22h09
Le 20 mars 2017
François Fillon prend la suite de cet échange musclé en mettant en lumière "une montée de l'intégrisme au sein de la religion musulmane". Et l'ancien Premier ministre de se livrer à un petite leçon d'histoire, appelant les musulmans à "extirper l'intégrisme" de leur religion. Selon lui, il faut contrôler la formation des imams et combattre les structures liées au salafisme et aux Frères musulmans.

22h14
Le 20 mars 2017

22h07
Le 20 mars 2017
La laïcité est-elle remise en cause ? Oui, affirme Marine Le Pen. La candidate FN cible le communautarisme en souhaitant l'extension des règles de la laïcité de 2004. Benoît Hamon lui demande si elle veut remettre en cause le concordat ? "Non", répond-elle, interrogeant Emmanuel Macron sur sa position à propos du burkini : "Le maire est responsable de cela", avec "une décision du juge administratif", lui répond-il, l'accusant de "mentir aux Français".
22h15
Le 20 mars 2017

22h03
Le 20 mars 2017
"Il faut l'appliquer strictement avec la séparation de l'Église et de l'État", expose Jean-Luc Mélenchon. La laïcité "a vaincu et ce sera encore son destin pour la suite. Encore faudrait-il qu'elle ne serve pas de prétexte pour s'en prendre aux musulmans", dénonce-t-il. La loi de 1905, c'est aussi le socle et la vision de la laïcité de Benoît Hamon.
22h00
Le 20 mars 2017
Emmanuel Macron défend sa conception stricte la laïcité : "La laïcité, c'est ce qui protège de croire et de ne pas croire".
21h59
Le 20 mars 2017
Place au sujet de la laïcité pour les cinq candidats à la présidentielle.
22h02
Le 20 mars 2017
Pour Marine Le Pen, les immigrés sont attirés par des "pompes aspirantes" en France (comprendre, les aides sociales...). Pour Jean-Luc Mélenchon, ce n'est pas vraiment leur préoccupation au moment où ils quittent leurs pays. 
 

21h59
Le 20 mars 2017
"Je veux arrêter l'immigration légale et illégale", tranche de son côté Marine Le Pen. Les frontières ? "Elles doivent être nationales pour maîtriser le flux ininterrompu qui arrive", oppose-t-elle à ses concurrents de gauche. Selon elle, il faut "couper les pompes aspirantes de l'immigration" pour "défendre le peuple français". Elle évoque finalement les terroristes qui se seraient glissés parmi les flux de réfugiés de ces dernières années. 
21h56
Le 20 mars 2017
"Vous pouvez inventer des quotas, tout ce que vous voulez, il y a toujours quelqu'un qui passe à côté", ironise Jean-Luc Mélenchon, qui insiste sur les causes de la migration. "Nous devons les traiter quand ils sont là comme si nous étions chez eux. Car si nous étions chez eux, dans les mêmes conditions, nous aussi nous partirions. Moi je suis un enfant d'immigrés et voilà pourquoi je suis Français", s'exclame-t-il, fustigeant les traités commerciaux dans la crise migratoire.
21h54
Le 20 mars 2017
Benoît Hamon évoque plutôt de la migration liée aux grands conflits et au réchauffement climatique. "Nous n'avons pas été à la hauteur à l'hospitalité" que les Européens devaient avoir, estime-t-il.
 

21h52
Le 20 mars 2017
"La politique migratoire d'Angela Merkel a été une mauvaise politique", tacle d'abord François Fillon. "Moi, je pense que la situation de notre pays doit nous conduire à réguler les flux migratoires avec des quotas, votés chaque année par le Parlement, calculés en fonction des capacités d'accueil", expose-t-il.
21h50
Le 20 mars 2017
Faut-il renforcer les frontières ? Emmanuel Macron est partisan d'un équilibre : il faut selon lui une vraie politique de reconduite à la frontière pour ceux qui n'ont pas de titre de séjour, tout en voulant raccourcir les délais de délivrance de ces titres. Il met ensuite l'accent sur la relation avec les pays de départ et une "protection des frontières coordonnée" au niveau de l'Europe. L'ancien ministre de l'Économie évoque enfin ces personnes "qui fuient des régimes de guerre".
21h49
Le 20 mars 2017
21h47
Le 20 mars 2017
François Fillon est favorable à l'abaissement de la majorité pénale. Emmanuel Macron "veut laisser la liberté aux juges". "Une très mauvaise idée", juge Jean-Luc Mélenchon, qui pense qu'un jeune de 16 ans "est un jeune du point de vue de sa formation psychologique". François Fillon proposait déjà d'abaisser la majorité pénale en 2006, pourquoi il ne l'a pas fait ?" critique Marine Le Pen, dénonçant "l'explosion de l'insécurité" et favorable à l'abaissement de majoruté pénale à 16 ans, ainsi qu'à la suspension des aides sociales pour les parents de ces enfants. "Ce n'est pas sérieux", enchaîne Benoît Hamon, pour qui la solution est le renforcement des services d'insertion pour que la personne "comprenne sa faute".
21h43
Le 20 mars 2017
Les candidats répondent maintenant à la question suivante : faut-il abaisser la majorité pénale à 16 ans ?
21h42
Le 20 mars 2017
Emmanuel Macron dénonce ses concurrents : "Quand j'entends des discours de guerre civile : c'est vouloir semer la peur !". "Je propose de recréer une police de sécurité quotidienne", explique-t-il, avec un pouvoir d'amendes immédiat. Elle aurait aussi un pouvoir d'éloignement du territoire des délinquants qui "pourrissent la vie d'un quartier", avec l'autorisation du juge.

21h40
Le 20 mars 2017
  
"Nous avons voté quinze lois sécuritaires en dix ans et personne n'a fait le bilan de ce qui a été voté", s'emporte Jean-Luc Mélenchon. Il "appelle au calme", "dénonce les violences faites aux policiers" et "veut comme Benoît Hamon revenir à une logique de gardien de la paix".

 
21h39
Le 20 mars 2017
21h38
Le 20 mars 2017
La priorité de Benoît Hamon, c'est le rétablissement de la police de proximité, avec une prime aux forces de l'ordre qui travaillent en zone de sécurité prioritaire. "Je veux aller au-delà : il y a une forme d'hostilité qui s'est installée dans certains territoires. Je m'engagerais contre toute forme de discrimination lors des contrôles d'identité (…) avec l'expérimentation des récépissés", prône-t-il.
21h38
Le 20 mars 2017
Passe d'armes entre François Fillon et Marine Le Pen sur les prisons. L'un veut en construire 16.000 en cinq ans, l'autre 40.000.  
21h35
Le 20 mars 2017

François Fillon prend le contre-pied de l'augmentation des moyens prônée par ses concurrents en évoquant "le respect pour les forces de l'ordre" et la suppression des tâches administratives gérées par la police pour libérer des effectifs sur le terrain. S'il était président, il créerait aussi une police municipale pour toutes les villes de plus de 10.000 habitants. Comme Marine Le Pen, il propose enfin le rétablissement des peines-plancher.

21h33
Le 20 mars 2017
Que souhaite Marine Le Pen pour réduire la délinquance ? La dirigeante du Front national ambitionne de "réarmer la police en effectifs et en matériel". Elle veut établir "la présomption de légitime défense" dans la police, citant notamment l'affaire de Viry-Châtillon. Côté prisons, la candidate FN souhaite la construction de 40.000 places supplémentaires et le rétablissement des peines-plancher.
21h30
Le 20 mars 2017
"C'est un débat politique assez nauséabond", répond Benoît Hamon aux propos de Marine Le Pen sur l'insécurité à l'école. Lui veut mettre l'accent sur le CP, le CE1 et le CE2, avec un plafond de 25 élèves pour ces classes, dans tout le territoire, voire 20 élèves pour certaines zones. Quant au collège, c'est la mixité sociale qui prime selon lui, avec "davantage de vœux" et des "bassins plus larges de recrutement".
 
Pour en savoir plus sur les mesures phares de son programme, c'est ici.
21h28
Le 20 mars 2017
  
[PAUSE LAB]Le Lab a capté le regard noir de Jean-Luc Mélenchon jeté sur Emmanuel Macron : 
 
21h27
Le 20 mars 2017
Marine Le Pen souhaite elle revenir sur les rythmes scolaires qui ont désorienté les municipalités. Autre proposition : la fin du collège unique. "L'insécurité est entrée dans l'école" affirme-t-elle, parlant de "cauchemar quotidien" pour certains élèves.
 
Pour en savoir plus sur les mesures phares de son programme, c'est ici.
 
21h26
Le 20 mars 2017
21h25
Le 20 mars 2017
Jean-Luc Mélenchon s'oppose à ses concurrents : "L'école est le pilier fondamental de notre vie commune. Je ne partage pas ce constat de déclinisme morose", lance-t-il à ses quatre adversaires. Pas de droits d'inscription à l'université, "même la cantine doit être gratuite", propose-t-il.
 
> Pour en savoir plus sur les mesures phares de son programme, c'est ici.
 

 

21h22
Le 20 mars 2017
Selon Emmanuel Macron, il faut "se concentrer sur les savoirs fondamentaux" : le candidat d'En marche ! veut plus d'heures de cours et moins d'élèves en classe primaire. Comme François Fillon, il souhaite revaloriser l'apprentissage.
 
> Pour en savoir plus sur les mesures phares de son programme, c'est ici.
21h20
Le 20 mars 2017
François Fillon entame en parlant d'éducation. Le candidat LR parle de l'uniforme, de l'apprentissage qu'il veut valoriser, notamment avec la hausse des salaires des enseignants.
 
> Pour en savoir plus sur les mesures phares de son programme, c'est ici.
21h19
Le 20 mars 2017
C'est au tour du premier thème de ce débat : quelle société pour la France ?
21h18
Le 20 mars 2017
"Quel président voulez-vous être?"Pour Benoît Hamon, la question est d'abord de savoir "quel peuple" les Français veulent être. "Quel message voulons-nous adresser au monde. Paix et coopération, ou nationalisme ?" Il critique ensuite "l'argent" qui "altère le jugement". Il veut être un "président juste" qui tournerait la page "pour un futur désirable", un des axes favoris de sa campagne.
 
21h17
Le 20 mars 2017
François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont émus de l'absence des autres candidats. La candidate du FN demande même à TF1 d'organiser un autre débat avec les six absents : Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou et Jean Lassalle. 
 

Fillon, Macron et Le Pen déplorent l’absence des six "petits" candidats au débat de TF1 - Le Lab Europe 1

Fillon, Macron et Le Pen déplorent l’absence des six "petits" candidats au débat de TF1.
 
21h16
Le 20 mars 2017
"Quel président voulez-vous être?"​ Marine Le Pen évoque sa présidence, celle de la "République française, mais vraiment". "Je ne veux pas être la vice-chancelière de Madame Merkel", avance la présidente du Front national. "La France a le droit de choisir ses valeurs et ses traditions", indique-t-elle, "sans se faire sermonner par je ne sais quelle structure supra-nationale".
21h13
Le 20 mars 2017
"Quel président voulez-vous être?"​Au tour d'Emmanuel Macron, candidat d'En marche! de parler de sa candidature : "Je crois avoir fait des choses utiles", mais "j'ai vu ce qui bloquait la France", explique-t-il. 
21h12
Le 20 mars 2017
"Quel président voulez-vous être?" "Je serais le dernier président de la Vème République", attaque d'emblée Jean-Luc Mélenchon, axant son propos sur la "France insoumise", son mouvement. Sortie de l'Otan, primauté du social... Le candidat de gauche détaille déjà quelques unes de ses propositions.
21h11
Le 20 mars 2017
21h10
Le 20 mars 2017
"Quel président voulez-vous être?"​ François Fillon ouvre le bal en parlant du président qu'il serait. "Je serais le président qui protégera les Français dans un monde incertain et dangereux", affirme-t-il, citant Donald Trump et "le totalitarisme islamique". "Pour cela, j'ai un projet élaboré de longue date", précise le candidat du parti Les Républicains.
21h15
Le 20 mars 2017
En introduction, les candidats, entourés d'un public de 400 personnes dont une trentaine de soutiens chacun, répondent en maximum 1 minute 30 à la question classique "Quel président voulez-vous être?".
Pour en savoir plus sur le déroulé de l'émission, vous pouvez lire notre papier ci-dessous :
21h07
Le 20 mars 2017
Selon vous, quel candidat se montre le plus convaincant ce soir ? Vous pouvez voter ici :

Grand débat de la présidentielle : quel candidat vous convainc le plus ?

POLITIQUE - Marine Le Pen, Benoît Hamon, François Fillon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon jouent gros lundi soir sur TF1. Lequel s’en tire le mieux ? Donnez votre avis. 
21h07
Le 20 mars 2017
Le premier grand débat commence, suivez avec Europe1.fr ce moment-clé de la campagne pendant plus de 2h30 !
20h52
Le 20 mars 2017
Explicite, média vidéo sur le web fondé par des anciens journalistes d'iTELE, voulait organiser lundi soir un grand oral entre les cinq candidats à la présidentielle qui n'ont pas été conviés à participer à celui sur TF1. Finalement, seuls Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade y participent, depuis 20h30. Vous pouvez le suivre en cliquant ici.
 

Le débat des "petits" candidats ne réunit finalement que Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade

POLITIQUE - Seuls deux candidats à la présidentielle sur les cinq "recalés" du débat de TF1 participent lundi soir à cette initiative, lancée par le média Explicite.
20h50
Le 20 mars 2017
L'épouse de François Fillon est venue soutenir le candidat de la droite, comme le montre cette photo d'un journaliste de TF1.
 
20h38
Le 20 mars 2017
Moins d’une heure avant le débat, le ton monte du côté du camp Mélenchon, où l'on dénonce une ambiance "désagréable". 
 
20h35
Le 20 mars 2017
Le format à cinq candidats a été vigoureusement contesté, notamment par Nicolas Dupont-Aignan, qui a quitté le plateau du 20h de TF1 dimanche soir. Pour notre éditorialiste Eugénie Bastié, TF1 a eu tort d'opter pour ce format réductif. 
 

Coup de gueule de Nicolas Dupont-Aignan : pourquoi TF1 a tort de ne pas accueillir tous les candidats lors du débat ?

Pour le premier débat de la présidentielle, TF1 a souhaité invité que les candidats se trouvant au-dessus des 10 % dans les sondages.
20h14
Le 20 mars 2017
Pour l'instant, l'heure est aux préparatifs à TF1. La chaîne a partagé les images du plateau avant le débat, et indique le hashtag à suivre sur Twitter : #LeGrandDébat    
20h12
Le 20 mars 2017
20h11
Le 20 mars 2017
20h06
Le 20 mars 2017
Sans pression pour Marine Le Pen, plongé dans des fiches pour François Fillon, avec du thé au miel pour Benoît Hamon... Chaque candidat a sa méthode pour préparer le débat. On vous les résume dans notre article.  
 

Débat sur TF1 : comment les candidats se sont-ils préparés ?

POLITIQUE - Les cinq favoris de la présidentielle se retrouvent lundi soir sur TF1 pour débattre. Ils ont chacun leur méthode de préparation. Passage en revue.