Maladie d’Alzheimer : le premier test de dépistage non invasif

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Ce matin, une petite révolution pour la maladie d’Alzheimer : le premier test de dépistage non invasif et français.

Non invasif, parce qu’il n’y a besoin que d’une simple prise de sang pour faire un diagnostic. Une première mondiale parce que jusqu’ici, il fallait passer par une ponction lombaire ou une IRM, des dispositifs très lourds donc.

Cette méthode a été découverte, un peu par hasard par un chercheur du CNRS, pendant qu’il préparait une thèse sur le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Du coup, au lieu de publier sa thèse, il dépose un brevet international et crée son entreprise. Elle s’appelle Alzohis, incubée à Orsay.

Comment passe-t-on de chercheur à chef d’entreprise ?

On n’a pas le choix, il faut apprendre. Donc il a fait des formations en entrepreneuriat, en management et en marketing. Il s’est fait accompagner et surtout, il s’est bien entouré. Un grand mathématicien français a, par exemple, rejoint la société, ce qui a permis d’adapter la technique au dépistage d’autres maladies comme celle de Parkinson. Toujours à partir d’une simple prise de sang. Là encore, c’est inédit, preuve que la France dispose d’excellents chercheurs.

Y en a-t-il beaucoup qui créent des entreprises ?

Pas assez malheureusement. La France est le 5e pays en nombre de brevets déposés. Mais elle tombe au 25e rang, au niveau de l’Estonie, quand il s’agit de les valoriser dans une entreprise.

C’est pour cela qu’il est important d’avoir des chercheurs qui donnent l’exemple.

Donc bravo à la société Alzohis, inventeur du premier test d’Alzheimer par prise de sang, du Made in Essonne.