Aigle : le dernier survivant des bottes en caoutchouc à la française

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Il n’y a plus qu’un seul fabricant de bottes en caoutchouc en France, tous les autres ayant été délocalisés, et pourtant ça lui réussit.

Ce dernier fabricant, c’est évidemment Aigle, le poitevin, avec son usine à Ingrandes, à côté de Châtellerault.

Aigle a choisi une stratégie totalement à contre-courant du marché. Ses concurrents fabriquent en Asie et vendent en France. Lui, fabrique en France et vend essentiellement en Asie. Sur ses 400 boutiques, 300 sont Asiatiques soit les trois quarts. Résultat : aujourd’hui, plus de la moitié de son chiffre d’affaires se fait au Japon, en Corée et en Chine.

Comment font-ils ? Ça revient cher de fabriquer en France, ce ne sont pas des produits de luxe ?

Détrompez-vous !

En France, on considère ses bottes, avant tout, comme utilitaires pour le jardinage, la pêche ou l’équitation par exemple. Mais si vous regardez bien leur catalogue, ils ont aussi des modèles brillants, vernis, plus urbains, plus mode. Ce sont ceux-là qui cartonnent en Asie. C’est simple, là-bas, Aigle est devenu un symbole du chic et de la décontraction à la française.

Donc pendant que l’on achète les bottes de ses concurrents pour leur prix. Les siennes font rêver les fashionistas en Corée et à Hong Kong, où elles sont prêtes à casser leur tirelire pour les avoir.

Preuve que fabriquer, plus cher, en France permet aussi de vendre, plus cher, à l’export.

C’était Aigle qui fabrique en France, mais vend principalement en Asie, du Made in Poitou-Charentes.

Pour plus de détails, cliquez ici.