Les comptes de campagne sont désormais ouverts et la Fnac lance une nouvelle enchère sur Darty : les experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

David Doukhan, Axel de Tarlé et Anne Le Gall font le point sur l'actualité du jour.

David Doukhan, expert politique

Le premier tour de l’élection présidentielle se déroulera dans un an, les règles des comptes de campagne s’appliquent donc déjà. Le gouvernement en a parfaitement conscience et Matignon a envoyé une note à tous ses ministres avec des consignes extrêmement précises.

Le casse-tête commence pour les directeurs et les chefs de cabinets ministériels, ils viennent de recevoir un document de huit pages avec toute une série de consignes extrêmement précises. L’esprit général c’est qu’à partir de maintenant, il est strictement interdit d’utiliser les moyens publics au bénéfice d’un candidat. Vous pourrez retrouver ce document sur notre site europe1.fr si vous voulez l’éplucher mais prenons deux trois exemples : bien sûr, il y a les règles en déplacement qui font que vous allez voir des ministres qui vont à la préfecture dans leur voiture officielle et puis qui sautent dans le véhicule d’un militant pour se rendre au meeting le soir.
Mais les consignes de Matignon entrent dans le détail :
Distribuer des dossiers de presse faisant la promotion du bilan de l’action gouvernemental ? C'est interdit, vous ne pouvez pas les faire imprimer sur les deniers du ministère.
Organiser des évènements ou des colloques au cœur du débat électoral ou pour promouvoir le bilan du gouvernement ? C'est interdit également, ce cas s'applique donc exactement au mouvement "Hé ho la gauche" avec 25 ministres. C’est l’association RAG qui a payé les 2.000 et quelques euros pour louer l’amphi. Mais n’en doutez pas, si François Hollande est candidat, cette somme sera réintégrée à ses comptes de campagne.

Qu'en est-il des déplacements du Président à partir de maintenant, c’est pareil ?

S’il adopte une attitude de campagne, même s’il n’est pas encore officiellement candidat, par exemple s’il tient meeting devant des militants, alors ces frais seront réintégrés aux comptes de campagnes. C’est ce qui était arrivé à Nicolas Sarkozy avec le meeting de Toulon tenu en décembre 2011 avant sa déclaration et qu’il n’avait pas fait figurer dans ses comptes. La commission nationale des comptes de campagne avait alors carrément rejeté les comptes du candidat Nicolas Sarkozy en 2012.
Les équipes de François Hollande ont cet évènement en tête et s’engagent presque solennellement à ne faire aucun meeting avant l’éventuelle déclaration de candidature. Que des déplacements dans des entreprises ou des rencontres avec les élus, mais pas de salles surchauffées ou de bains de foule, on vérifiera bien entendu.
Ensuite, c’est une question de curseur et de rigueur. Dès que le Président parle, en réalité, il fait campagne puisqu’il défend forcément son bilan et présente forcément sa vision de l’avenir, mais s’il ne veut pas être rattrapé par la patrouille, il est astreint à une très grande prudence sur la forme comme sur le fond.

C’est presque plus compliqué de faire campagne pour un Président sortant que pour un candidat d’opposition ?

C’est la règle, elle est contraignante et imparfaite mais elle a le mérite d’exister. La loi sur le financement des partis politiques et des campagnes date de 1988, elle fut complétée et renforcée jusqu’au milieu des années 90. Avant cela, le financement de la vie politique française était totalement opaque. Vous vous souvenez des affaires Urba, de la MNEF concernant la gauche, ou de l’affaire des HLM de Paris ou des Hauts-de-Seine par exemple pour la droite.
Aujourd’hui, le système n’est peut-être pas encore parfait, mais il offre indéniablement plus de transparence et c’est tant mieux.


Axel de Tarlé, expert économie

Alerte sur les produits fabriqués en Chine !
Selon un rapport de l'Union Européenne, les deux tiers des produits jugés "dangereux" qui circulent en Europe viennent de Chine.
62 % des produits dangereux viendraient de Chine contre seulement 15 % qui ont été fabriqués en Europe.

De quoi parle-t-on ?

Cette étude porte uniquement sur les produits non alimentaires.
- Il s'agit de jouet qui contiennent par exemple des perturbateurs endocriniens interdits qui peuvent avoir des conséquences sur la fertilité des enfants.
- Il s'agit de bijoux fantaisies dans lesquels vous allez trouver des métaux lourds, tels que le nickel, qui sont cancérigènes ou neurotoxique. C'est à dire qui ont des conséquences sur le cerveau, surtout, que ces bijoux en toc "made in China", on les retrouve souvent dans les chambres d'enfant comme les jouets.
- Cela concerne également, des vêtements et du matériel électrique.

Il y a quand même des réglementations européennes ? Comment ces produits "dangereux" se retrouvent chez nous ?

De plus en plus, les gens commandent sur Internet et les produits passent les frontières sans aucun contrôle.
C'est pour cela en ce moment, que l'on s’inquiète beaucoup de voir les Américains nous imposer leurs normes sanitaires via les accords transatlantiques comme sur le fameux poulet au chlore.
On ferait peut-être bien de s'inquiéter de la Chine qui, en douce, impose finalement ses standards, ses normes via toutes ces exportations massives de vêtements, de jouets et de produits électriques.


Anne Le Gall, experte innovation

Innovation : un frigo qui fonctionne sans électricité, qui ne coûte pas cher et que l'on peut construire soi-même

On peut tous se prendre pour Mac Gyver et fabriquer ce frigo car il suffit d’avoir deux jarres en terre cuite de taille différente.
Vous mettez la petite dans la grande, vous remplissez l’espace entre les deux jarres de sable et vous veillez à garder tout le temps le sable mouillé en l'arrosant.
Résultat : l'eau du sable, en s'évaporant, a pour effet de rafraîchir durablement le contenu du pot central même en plein soleil.
Alors on n'a pas un vrai frigo mais la température peut vite baisser de cinq degrés sans aucune dépense d’énergie.
.
Est-ce de l'innovation ?

Non, la technique est ancienne mais elle refait surface. Certaines entreprises la remettent au goût du jour notamment au Maroc ou en Inde car c'est malin, écolo, et économique. On pourrait également perfectionner ce frigo du désert avec de l’énergie solaire.
Ce savoir-faire populaire qui tient à la fois du bon sens et du système D, on appelle ça le Low-Tech. Les technologies Low Tech, par opposition à l’électronique High Tech, sont très prometteuses pour les inventions de demain car elle sont en général, bon marché et écologiques.
C’est pour recenser et expérimenter toutes ce savoir-faire local et ancestral, dispersé à travers le monde, qu’un équipage de trois jeunes Français a pris la mer, fin février. ils sont partis pour un tour du monde de trois ans à la recherche des innovations Low-Tech dans le monde.

Où en sont-ils actuellement ?

Après une escale au Maroc où l'on utilise justement ce frigo rustique sans électricité, l'équipage vient de faire escale au Sénégal pour expérimenter un éolienne bricolée avec des matériaux de récup, ou encore le charbon, un combustible fabriqué à partir de déchets agricoles.
A chaque fois l'équipage "Nomade des mers", c'est son nom, teste ces technologies et poste des vidéo sur internet. Toutes ces innovations, pratiques et économes feront l'objet d'une série de reportage l'année prochaine sur Arte.
En attendant, vous pouvez avoir un aperçu de ces trouvailles Low-tech sur le site : nomadedesmers.org