Villes intelligentes : de Nice à Toronto, cinq projets d'avenir

  • A
  • A
Songdo est le quartier ultra-connecté proche de Séoul.
Songdo est le quartier ultra-connecté proche de Séoul. © IFEZA / AFP
Partagez sur :
Les projets autour de la ville intelligente sont de plus en plus nombreux en France comme à l’étranger. Europe 1 en a sélectionné cinq.

A quoi ressemblera concrètement une ville intelligente ? Plusieurs métropoles, en France comme à l’étranger, ont commencé à répondre à cette question en lançant plusieurs chantiers. De la ville 100% connectée et très controversée à la ville pensée pour mieux gérer l’énergie aux heures de pointes, les objectifs sont multiples. Europe 1 en a sélectionné cinq qui représente le champ des possibilités.

Le projet de Nice pour gérer l’énergie

Nice est l’une des villes françaises avec la stratégie énergétique la plus affirmée. Beaucoup de projets ont été lancés sur le sujet. Certains, gadgets, ont été abandonnés, mais d’autres sont en bonne voie avec une idée simple : puiser l’énergie là où elle est disponible. Les équipes du projet ont imaginé un scénario complet : dans les années à venir, lorsqu’un habitant rentrera chez lui avec sa voiture électrique qui aura encore 50% de batterie, le logiciel de pilotage de la maison analysera son agenda. S’il voit qu’il n’a pas prévu de ressortir, l’énergie contenue dans la batterie de la voiture pourra être utilisée pour alimenter la maison au moment des pics de consommation énergétiques afin de délester le réseau général.

Pour éviter une surcharge sur le réseau, la maison pourrait également décider de couper l’alimentation du congélateur pendant quelques heures. L’énergie contenue dans les batteries de la voiture pourrait aussi être utilisée par un voisin qui en aurait besoin. A la fin du mois, chacun recevrait une facture adaptée en fonction de sa consommation d’énergie et de l’énergie qu’il a réinjecté sur le réseau.

Le "jumeau numérique" de Rennes

La construction de nouveaux bâtiments peut avoir des conséquences inattendues. "On ne se rend pas compte de l’enjeu des vents sur la ville. Au ministère de l’Economie et des Finances, à Paris, la plateforme hélicoptère sur le toit ne sert plus car l’installation des plots de la bibliothèque François-Mitterrand a complètement changé les vents et l’a rendue inutilisable", explique Luc Belot, ancien député PS, auteur d’un rapport sur les villes intelligentes.

Plusieurs villes, dont Rennes, ont donc décidé de se doter d’un "jumeau numérique", réalisé avec Dassault Systèmes. Cette modélisation de la ville en 3D permet de tester l’impact des nouvelles constructions sur le paysage, mais aussi sur la luminosité dans les rues, les vents, et la température. Le tout permet de sélectionner la solution la plus adaptée avant de démarrer la construction.

Dijon, regrouper pour mieux construire

Pour avoir une organisation plus efficace et être en mesure de proposer plus de services à ses habitants, la métropole de Dijon a décidé de regrouper les différents centres de contrôle de la ville (PC sécurité, police municipale, centre de supervision urbaine qui gère les caméras de vidéo-protection, PC circulation, service "allo mairie" qui permet de signaler des tags pour signaler tag et PC Neige) en un seul centre de contrôle. Ce choix permettre de centraliser toutes les informations et de mieux les traiter pour ensuite proposer des services qui tirent parti de toutes les compétences de la ville.

Une application dédiée aux transports a également été développée. Elle permet aux citoyens de rechercher un trajet mêlant tous les moyens de transports de la ville (métro, bus, vélo, voiture, marche) en indiquant systématiquement l’impact CO2 et le meilleur usage d’après. Les habitants sont ensuite invités à arbitrer, mais le système encourage à moins prendre sa voiture.

Toronto, la "ville Google"

Baptisé Quayside, le projet de réaménagement d’une ancienne friche industrielle de Toronto de plus de 325 hectares par Google, via sa filiale dédiée aux villes intelligentes, Sidewalk Labs, doit mêler intelligence artificielle, collecte de données, optimisation des transports et création d’habitats autonomes au niveau énergétique. Régulièrement critiqué car il laisse la main sur tout le projet à Google et dépossède les collectivités locales, il doit être dévoilé en détail en 2019, mais certains éléments ont déjà été annoncés.

batiment-1280

Parmi les innovations qui pourraient être mises en place dans le quartier, Google a opté pour des bâtiments modulaires pouvant changer de fonction, des transports 100% autonomes avec moins de voitures individuelles - amenées à disparaître du quartier - et plus de transports en commun, mais aussi de nombreux espaces verts, le tout avec de nombreux capteurs pour collecter des informations sur les habitudes des habitants.

Songdo, le quartier coréen 100% connecté

Alors que la plupart des projets de villes intelligentes voient le numérique comme un outil et non comme une fin en soi, les autorités coréennes ont pris la vision inverse pour le quartier de Songdo, à deux pas de l’aéroport international d’Incheon, proche de Séoul. Sorti de terre en moins de dix ans, ce quartier ultra-connecté est équipé de nombreux capteurs pour mesurer tous les éléments (mobilités, qualité de l’air…). Problème : construit comme un centre d’affaires, le quartier est totalement déshumanisé et est désormais cité par beaucoup de responsables de smart city (ville intelligente) comme l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire.

Les + lus