TEST - Crash Team Racing : Nitro Fueled : enfin un concurrent solide de Mario Kart ?

  • A
  • A
"Crash Team Racing : Nitro Fueled" est aussi déjanté qu'exigeant.
"Crash Team Racing : Nitro Fueled" est aussi déjanté qu'exigeant. © Activision
Partagez sur :
La version remasterisée de "Crash Team Racing", sortie sur toutes les console, offre un contenu riche, déjanté mais aussi plus exigeant que son concurrent Mario Kart. Une bonne surprise.
TEST

Il y a deux types de jeux vidéo de course de voitures : les jeux réalistes et les jeux fun. Alors que la première catégorie voit s'affronter plusieurs rivaux de taille (Gran Turismo, Forza, The Crew, Need for Speed…), la seconde est outrageusement dominée par une série vieille de 27 ans : Mario Kart. La dernière sortie sur piste de Mario et consort remonte à 2017 mais cette année, la concurrence s'intensifie. Après Team Sonic Racing, qui a peiné à convaincre les joueurs à sa sortie en mai malgré la présence du hérisson bleu, c'est au tour de Crash Team Racing : Nitro Fueled de sortir des stands*.

Un contenu riche et varié

Il s'agit d'un remaster de Crash Team Racing, sorti en 1999, et qui, à l'époque, tenait la dragée haute à Mario Kart 64. À la place de Mario, le héros n'est autre que Crash Bandicoot, une des stars des jeux d’aventure des années 90-2000, personnage anthropomorphe déjanté à mi-chemin entre la souris et le renard. Il est ici accompagné de 34 autres personnages de son univers, de ses amis Coco et Crunch, à ses pires ennemis, le Dr Neo Cortex, Tiny Tiger, Dingodile, etc. Tous s'affrontent dans des courses de huit karts sur 31 circuits et 12 arènes. Globalement, le contenu du jeu n’a donc pas grand-chose à envier à Mario Kart 8 Deluxe.

Ceux qui ont joué à Crash Team Racing ne seront donc pas dépaysés. Mais le jeu a tout de même revu de A à Z pour l'adapter aux consoles modernes. D'abord, les circuits sont plus travaillés. Les textures ont toutes été refaites et le rendu est très convaincant : CTR : Nitro Fueled est beau, fluide et très coloré. Par ailleurs, le gameplay est toujours aussi fouillé, même s'il paraît moins novateur aujourd'hui. On choisit son personnage, son kart, ses roues, on le personnalise avec des couleurs et des autocollants. Puis, en course, il s'agit de se frayer un chemin entre ses concurrents à base de sauts, dérapages, boosts et objets d'attaque ou de défense à récupérer dans des caisses.

Crash Team Racing n'est pas avare non plus en modes de jeu. En plus du mode course, le joueur est obligé de passer par le mode aventure pour débloquer le vaste contenu que propose le jeu. Très intuitif, il consiste à voyager dans différents mondes pour remporter toutes les courses et affronter des boss en 1v1 jusqu'au grand méchant final. En plus, on retrouve un mode combat en arène, du contre-la-montre et divers défis de collecte d'objets.

Des courses aussi déjantées qu'exigeantes

Ce n'est donc pas au niveau du contenu que CTR : Nitro Fueled peut faire vaciller Mario Kart. La franchise de Nintendo reste une référence en la matière, avec une rejouabilité énorme et une personnalisation quasi infinie. Aujourd'hui encore, Mario Kart reste le jeu de course fun le plus complet et le plus accessible du genre. Mais il ne se renouvelle plus beaucoup, la version sortie sur Switch en 2017 n'étant qu'une resucée améliorée de Mario Kart 8, sorti sur Wii U trois ans auparavant.

Crash 2

Et c'est là que Crash Team Racing peut faire valoir sa complémentarité avec Mario Kart. Le jeu apporte un grain de folie, avec ses personnages plus déjantés et son univers plus irrévérencieux. Surtout, CTR : Nitro Fueled est bien plus difficile, plus exigeant que son concurrent. N’espérez pas, comme dans Mario Kart, remporter une course en étant huitième à l’avant-dernier tour. Ici, les objets ne font pas tout et il faut vraiment maîtriser le pilotage, particulièrement les dérapages qui donnent du boost, essentiel pour gagner. Crash Team Racing offre un vrai challenge très appréciable. 

*Disponible sur PS4, Xbox One et Nintendo Switch au prix de 29,99 euros au lancement, puis 39,99 euros.

Les + lus