Tesla : pourquoi Elon Musk est de nouveau dans la tourmente

elon musk 1280
Elon Musk est de nouveau dans la tourmente. © ALBERTO E. RODRIGUEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
  • Copié
, modifié à
Le fondateur et patron de Tesla a déclaré dans un tweet vouloir retirer son entreprise de la bourse. Le gendarme américain de la bourse a lancé une enquête.

Tout est parti d'un tweet de neuf mots. Mardi 7 août, peu avant 19 heures, Elon Musk a mis le feu aux poudres. "J'envisage de retirer Tesla de la bourse à 420 dollars. Financements sécurisés", a tweeté le milliardaire, créateur du spécialiste des berlines électriques haut de gamme. Avec une telle opération, Tesla serait valorisé à 71 milliards de dollars, soit près de 10 milliards de plus que la capitalisation boursière de la société avant les tweets d'Elon Musk. Mais depuis cette sortie, le génie, est de nouveau dans la tourmente. Certains l'accusent de manipulation du cours de bourse, une infraction lourdement condamnée aux Etats-Unis, tandis que d'autres doutent que les fonds pour une telle opération soient réellement sécurisés.

Enquête de la SEC

Dans une série de tweets publiés après cette première décélération, Elon Musk a cherché à justifier son projet. Pour lui, faire de Tesla une entreprise non cotée permettrait d'avoir un fonctionnement "beaucoup plus souple" et de miser sur le long terme. Mardi soir, le PDG a précisé plus longuement ses intentions dans un mail envoyé à tous les salariés et publié sur le blog de l'entreprise. "Premièrement, la décision finale n'a pas été prise, mais la raison pour laquelle je fais ça est de créer un environnement qui permette à Tesla de fonctionner dans les meilleures conditions", débute le fondateur. "En tant qu'entreprise cotée, nous sommes sujets à d'importantes fluctuations de notre cours de bourse, ce qui peut distraire les salariés, qui sont tous actionnaires de Tesla", poursuit-il.

Pour faire valider une telle décision, Elon Musk doit obtenir le feu vert du conseil d'administration. Mais la méthode choisie par Elon Musk pour communiquer et le procédé du PDG habitué des dérapages sur les réseaux sociaux, ont poussé la SEC, le gendarme américain de la bourse, à ouvrir une enquête vendredi. Le régulateur cherche à vérifier si les fonds permettant de retirer Tesla de la bourse sont effectivement sécurisés. Il est en effet nécessaire de réunir près de 50 milliards de dollars pour racheter l'intégralité des actions, en plus des 20% que possède déjà Musk (15 milliards de dollars). Si cette somme n'est pas sécurisée, la déclaration d'Elon Musk pourrait être considéré comme une tentative de manipulation du cours de l'action Tesla. Le 7 août, suite aux déclarations d'Elon Musk, le cours de l'action grimpait en effet de plus de 11%. Et les déclarations du conseil d'administration, mercredi, qui a assuré être parfaitement au courant du projet n'ont pas suffi à éteindre l'incendie.

Discussions avec le fonds d'investissement de Ryad

Car certains investisseurs n'ont guère apprécié la déclaration d'Elon Musk. Ceux qui avaient parié sur la baisse du cours de l'entreprise dans les semaines à venir ont en effet été pris à revers. Deux d'entre eux ont décidé de porter plainte auprès du tribunal de San Francisco. Ils estiment que le tweet du PDG "était destiné à détruire les investisseurs ayant vendu à découvert". Mais ces derniers pourraient être pris de court. Selon les dernières informations de Bloomberg lundi, Elon Musk aurait bel et bien réussi à sécuriser les fonds permettant de sortir Tesla de la bourse. D'après l'agence américaine, des discussions avec le Public Investment Fund (PIF), proche de Ryad, auraient débuté et ce malgré le démenti formulé par Tesla à Reuters. Déjà actionnaire de Tesla à hauteur de 5%, le fonds deviendrait une actionnaire significatif, bien qu'aucun chiffre précis ne soit évoqué.

Si Elon Musk échoue, sa position de PDG de Tesla pourrait être fragilisée. D'autant qu'avec ces multiples sorties plus au moins contrôlées sur les réseaux sociaux et son comportement excentrique, certains investisseurs et analystes se posent des questions sur la santé mentale de l'inventeur...