Première sonde des Émirats autour de Mars : vers l'émergence d'une puissance spatiale ?

, modifié à
  • A
  • A
Hope Emirats Espace 1:58
Présentation de "Hope" au centre spatial de Dubaï en juillet 2020. © GIUSEPPE CACACE / AFP
Partagez sur :
Les Emirats arabes unis ont placé il y a quelques jours leur sonde "Hope" autour de l'orbite de Mars, devenant le premier pays arabe à réaliser un tel exploit. Une première étape vers la possible naissance d'une nouvelle puissance spatiale, explique l'astrophysicien François Forget sur Europe 1, lundi.
INTERVIEW

La sonde "Hope" des Émirats arabes unis a envoyé dimanche sa première image de Mars, quelques jours après son entrée en orbite autour de la planète rouge. Le pays est le premier du monde arabe à réaliser un tel exploit. "Ce projet démontre une vraie ambition scientifique. Les Émirats ne sont pas encore au niveau de la Chine, mais ils pourraient devenir une puissance spatiale à l'avenir", affirme lundi sur Europe 1 François Forget, astrophysicien, directeur de recherche au CNRS et membre de la mission "Hope".

Objectif à long terme : une colonie humaine sur Mars

Contrairement aux missions chinoise Tianwen-1 et américaine Mars 2020, également mises en orbite en février, "Hope" ne se posera pas sur la planète rouge. La sonde est conçue pour fournir une image complète de la dynamique météorologique de la planète. Mais elle constitue surtout un pas vers un objectif beaucoup plus ambitieux : l'établissement d'une colonie humaine sur Mars dans un délai de 100 ans.

Un accomplissement qui n'est toutefois pas encore en ligne de mire, selon François Forget. "Envoyer un astronaute, c'est aujourd'hui envisageable et envisagé, notamment par la Nasa. Une colonie, c'est beaucoup plus difficile. Pour le moment, cela relève encore de la science-fiction." 

Rayonnement régional

La mise en orbite de "Hope" autour de Mars coïncide avec le 50e anniversaire en 2021 de l'unification des sept émirats au sein de la fédération des Emirats arabe unis. À coups de hashtags en arabe et en anglais "les Arabes vers Mars", les Émirats cherchent à rayonner dans une région qui fait plus souvent la une pour ses crises politiques que pour ses prouesses scientifiques. "Il y a une volonté affichée de susciter des vocations, d'inspirer les jeunes Émiratis et le reste du monde arabe", souligne l'astrophysicien. 

À l'annonce du succès du lancement, les iconiques tours de Dubaï s'étaient illuminées de la couleur rouge. Si les rassemblements étaient limités pour cause de coronavirus, des milliers d'Émiratis ont affirmé leur fierté sur les réseaux sociaux. 

Europe 1
Par Laetitia Drevet avec AFP