Pourquoi LVMH s'associe-t-il avec Google sur le cloud ?

, modifié à
  • A
  • A
Le groupe de Bernard Arnault a signé un partenariat avec Google. 6:00
Le groupe de Bernard Arnault a signé un partenariat avec Google. © ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :
Google et LVMH ont signé un partenariat technologique à l’occasion du salon VivaTech. Celui-ci portera sur le cloud. L'objectif du groupe de Bernard Arnault est de profiter de l'expertise de la firme de Mountain View pour mieux cerner les attentes de ses clients et anticiper leurs besoins. 

Ils n’ont a priori rien en commun et pourtant... Google et LVMH viennent de signer un partenariat technologique à l’occasion du salon VivaTech, qui se déroule à Paris du 16 au 19 juin. Le géant du numérique et le numéro un mondial du luxe s’allient sur le cloud. Le but pour le groupe français est de mieux répondre aux attentes de ses clients et de pouvoir réagir plus rapidement aux tendances du marché. Et l'entreprise de la Silicon Valley dispose des compétences et des outils nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Combler un manque de réactivité

C'est le Covid qui a poussé le groupe de Bernard Arnault dans les bras de Google, avec qui certaines de ses marques étaient déjà en partenariat. Avec la fermeture des magasins, les ventes en ligne ont explosé. Des ventes qui s’accompagnent de quantités très importantes de données précieuses sur les habitudes d’achats des clients. À condition bien sûr de savoir les traiter. 

Grâce à ce partenariat, LVMH va s’appuyer sur les compétences et les infrastructures de Google dans le cloud pour, par exemple, optimiser sa chaîne de production. Comme l'explique Franck Le Moal, directeur du numérique de LVMH, "il y a 3 ou 4 ans, quand on avait un signal de vente, c'est-à-dire des tendances de vente des produits vendus en magasin, il fallait en moyenne 17 à 20 jours pour le remonter à nos ateliers de production". La collecte et l'analyse de données sont passées par là. 

Mieux cibler la clientèle

"Aujourd'hui, en travaillant ces données avec des algorithmes et l'intelligence artificielle, cela permet, en 2-3 jours, d'ajuster la production des ateliers." Par exemple, développe Franck Le Moal, "de faire en sorte que tel produit qui plaît plus soit mieux dispatché ou que tel produit qui plaît moins soit envoyé sur une autre région".

Le groupe de luxe entend également utiliser les données pour proposer des offres encore plus personnalisées à ses clients, en fonction de leurs habitudes d’achats ou de leur localisation géographique. Cette pratique reste toutefois conditionnée au fait que les acheteurs autorisent explicitement LVMH à exploiter ces données.